La controverse du jour: "Je suis bien entre les mains de Dieu" par Jean-Paul II

©Photo News

Un livre contenant les notes personnelles de Jean-Paul II, que son ancien secrétaire particulier Stanislaw Dziwisz n'a pas brûlées, contrairement à la dernière volonté du pape, est sorti mercredi en Pologne suscitant la controverse sur l'attitude de Mgr Dziwisz.

Dans son testament rendu public après sa mort le 2 avril 2005, le pape polonais avait demandé de brûler ses notes personnelles. Mais Mgr Dziwisz, aujourd'hui cardinal et archevêque de Cracovie (sud de la Pologne), en a décidé autrement en confiant une partie de ces notes à la maison d'édition locale Znak.

Les réflexions théologiques de Jean Paul II ont été réunies sous le titre "Je suis bien entre les mains de Dieu. Notes personnelles 1962-2003" dans un volume de 640 pages, assorties de photos et de nombreux facsimilés.

"Le pape y a révélé un peu de son âme, de sa rencontre avec Dieu, sa contemplation, sa dévotion, et c'est là que réside la plus grande valeur de cette publication", a affirmé Mgr Dziwisz en annonçant en janvier la parution de ce livre, basé sur deux cahiers dans lesquels Karol Wojtyla inscrivait ses réflexions à l'occasion de retraites spirituelles.

Ces notes, écrites en polonais avec des passages en latin, dans un style libre et varié allant des mots isolés aux méditations plus développées, très riches en références bibliographiques et minutieusement classées et datées par l'auteur, ont été publiées en version intégrale. Auparavant, elles ont été examinées par la Congrégation pour les causes des saints, dans cadre du procès en béatification de Jean Paul II.

 

 

 

Selon le père Tadeusz Isakowicz-Zalewski, "la décision sur la publication des notes personnelles du pape est nuisible". "Il s'agit de violation d'un testament. Or dans la culture européenne la dernière volonté est contraignante", souligne ce prêtre non-conformiste sur un site internet.

En répondant à ses détracteurs, Mgr Dziwisz a assuré que "les notes et la correspondance qui devaient être brûlées ont été brûlées, détruites". Il a cependant avoué disposer encore d'autres manuscrits de Jean Paul II.

Des médias polonais reprochent à l'archevêque de Cracovie de monnayer la mémoire de Jean Paul II, en publiant ses propres souvenirs ou en distribuant les reliques du futur saint.

Une part des bénéfices de la publication des notes personnelles du pape défunt sera destinée à financer la construction d'un Centre Jean Paul II auprès du sanctuaire de la Divine miséricorde à Lagiewniki, dans la banlieue de Cracovie. Ce centre a pour objectif d'"immortaliser l'immense patrimoine" du pape polonais et de son pontificat qui a duré 27 ans de1978 à 2005.

A savoir

La canonisation de Jean Paul II, prévue le 27 avril au Vatican avec celle du pape italien Jean XXIII qui a dirigé l'Eglise catholique de 1958 à 1963, coïncidera avec le 75e anniversaire du cardinal Stanislaw Dziwisz.

Jean Paul II, premier pape polonais de l'Histoire, conservateur et immensément populaire dans les plus de cent pays où il avait porté la parole de l'Eglise catholique, sera canonisé en un temps record: neuf ans seulement après sa mort.

Son successeur, le pape Benoît XVI, avait choisi de ne pas tenir compte du délai obligatoire de 5 ans pour ouvrir la cause de béatification (il a été béatifié en mai 2011) et de canonisation de son prédécesseur.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés