115 morts dans un crash d'avion en Afrique

Un avion transportant 115 personnes et assurant la liaison entre Abidjan et Nairobi, via Douala (Cameroun), s'est écrasé dans la nuit vendredi à samedi, a-t-on appris auprès d'un haut responsable de l'aviation civile kényane.

Memebres des familles des victimes du crash à l'aéroport de Nairobi - Photo Belga

(afp) - "L'avion s'est écrasé", a déclaré à l'AFP ce responsable sous couvert d'anonymat à Nairobi.

Aucun bilan n'était disponible dans l'immédiat. Kenya Airways devait tenir une conférence de presse à Nairobi samedi à 12h00 (09h00 GMT).

"Nous avons localisé l'appareil", a-t-on indiqué de source gouvernementale kényane tout en se refusant à donner de plus amples informations.

Plus tôt dans la journée, Kenya Airways avait annoncé que la tour de contrôle de Douala avait perdu le contrôle de l'appareil peu après son décollage samedi à 00h05 (23h05 GMT)

L'avion, un Boeing 737-800, assurait la liaison entre Abidjan et Nairobi, via Douala. Il transportait 115 personnes, dont 106 passagers, huit membres d'équipage et un ingénieur de vol.

L'appareil, un Boeing 737-800, "a décollé de Douala à 00h05 (23h05 GMT). Il devait arriver à 06H15 à Nairobi. (...) Il n'est malheureusement pas arrivé", a déclaré un haut responsable de la compagnie aérienne, Titus Naikuni.

Le signal d'une balise de détresse de l'appareil a été capté dans la nuit de vendredi à samedi, selon une source proche de l'Agence pour la sécurité et la navigation aérienne en Afrique (Asecna).

Ce signal a été capté samedi vers 02h00 (01h00 GMT) grâce à un satellite, a ajouté à l'AFP cette même source, sans donner d'autres précisions sur sa localisation.

"Le dernier message de l'appareil a été reçu à la tour de contrôle (de Douala), immédiatement après le décollage. Après, la tour a perdu le contact avec l'avion", a expliqué M. Naikuni. "Jusqu'à présent, personne n'a pu établir de contact avec l'appareil. Nous n'avons pas de détails sur ce qui est arrivé à l'avion", a-t-il ajouté.

Deux hélicoptères de l'armée de l'air camerounaise ont commencé samedi à survoler un large secteur situé au sud d'une ligne reliant Douala à Yaoundé, à 250 km plus à l'est, et toutes les brigades de gendarmerie de cette zone ont été mobilisées pour tenter de retrouver l'appareil, selon la source proche de l'Asecna.

Les recherches se concentraient samedi matin dans une zone comprise entre les localités d'Eséka et Ebolowa, dans une région de forêt dense située au sud-ouest de la capitale camerounaise, a-t-elle précisé.

Les autorités camerounaises ont activé deux centres opérationnels d'urgence, l'un à Yaoundé, l'autre à Douala, afin de coordonner les opérations.

La plupart des passagers devaient prendre des correspondances à Nairobi et se rendre dans d'autres pays, selon M. Naikuni. "Nous avons une équipe sur place à Douala, qui collecte des informations", a-t-il dit.

Kenya Airways a mis en place un centre de crise à Embakassi, siège de la compagnie situé à proximité de l'aéroport international de Nairobi, et un centre d'informations pour les familles dans un grand hôtel de Nairobi.

A l'aéroport de Nairobi, les personnes venues attendre des proches qui voyageaient sur ce vol ont été emmenées dans une salle à laquelle la presse n'a pas accès.

"Il y a 10 à 15 personnes dans la salle. Kenya Airways nous a dit que l'avion avait disparu, ils ne nous ont rien dit sur un crash. Beaucoup de gens pleurent, beaucoup se demandent ce qui se passe", a déclaré une personne qui attendait un passager et a pu quitter la salle.

Le dernier accident d'un avion de Kenya Airways remonte à 2000: un Airbus A310 s'était écrasé le 30 janvier 2000 à Abidjan, tuant 169 personnes. Dix personnes avaient survécu.

Publicité
Publicité

Echo Connect