5,8 milliards de dollars de demandes au Fonds mondial contre le sida

Le Fonds mondial contre le sida, la tuberculose et le paludisme a reçu pour 5,8 milliards de dollars de demandes de financement de projets sur cinq ans dans 97 pays, a annoncé l'organisation lundi lors de la conférence mondiale sur le sida à Toronto (Canada).

(afp) Ces demandes, qui sont croissantes depuis la création du Fonds en 2002 à l'initiative du G8, s'ajoutent à une enveloppe de 2,4 milliards de dollars pour des projets sur deux ans, a précisé Richard Feachem, directeur général de l'organisation chargée de canaliser les financements contre ces maladies.

Il s'agit du sixième appel à propositions, bouclé le 3 août. Le conseil d'administration, composé de représentants des donateurs, des pays bénéficiaires et d'associations de malades, choisira en novembre parmi ces demandes les projets estimés recevables.

"Cette sixième série de programmes est cruciale si nous voulons aider les pays à atteindre la cible (fixée par l'assemblée générale des Nations unies) d'un accès universel aux traitements (antisida) et à la prévention en 2010", a souligné le Dr Feachem devant la presse.

Depuis 2002, le Fonds a financé des programmes dans 132 pays, pour un total de 5,4 milliards de dollars : 544.000 malades du sida bénéficient ainsi de traitements antirétroviraux, 1,4 million de personnes sont soignées contre la tuberculose et plus de 11 millions de moustiquaires ont été distribuées pour protéger femmes et enfants des infections de paludisme.

Mais il manque déjà 1,8 milliard de dollars pour 2006-2007, dont 600 millions destinés au financement de programmes en 2006, a rappelé la présidente du conseil d'administration, Carol Jacobs.

Pour financer la sixième série, le Fonds ne dispose aujourd'hui que de 525 millions de dollars, dont 100 millions proviennent d'une donation de la Fondation philanthropique Bill et Melinda Gates totalisant 500 millions sur cinq ans.

"Nous avons besoin de financements, de beaucoup plus de financements, et nous avons besoin de financements qui soient fiables et prévisibles", a lancé le Dr Feachem.

Pour le collectif d'ONG qui suit l'évolution du Fonds, c'est aux pays riches du G7 d'assurer l'essentiel de ce financement. Le collectif loue la France, qui a contribué "au delà de la part qui lui revient" pour 2006 et 2007, mais dénonce l'Allemagne et le Japon, ainsi que les Etats-Unis en dépit d'un effort accompli pour 2006.

Selon l'agence des Nations unies qui coordonne l'action contre le sida, 8,9 milliards de dollars de toutes sources seront consacrés à la lutte contre l'épidémie en 2006, contre 1,6 milliard en 2001.

Mais le succès dépendra de l'intensification des efforts pour combler des besoins croissants, estimés à plus de 22 milliards de dollars en 2008.

Fin 2005, 38,6 millions de personnes dans le monde vivaient avec le virus du sida. 4,1 millions ont été infectées en 2005.

(photo: belga)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés