Blair salue un jour "très important" en Irlande du Nord

Le Premier ministre britannique Tony Blair a estimé que lundi était un "jour très important" pour les Nord-Irlandais et les îles britanniques, après l'annonce à Belfast d'un accord pour le partage du pouvoir entre catholiques et protestants.

(afp) Les deux principaux partis nord-irlandais sont tombés d'accord lundi pour partager le pouvoir à partir du 8 mai, à l'issue d'une rencontre historique entre le protestant Ian Paisley et le catholique Gerry Adams.Le pasteur de 80 ans, chef du parti unioniste démocrate (DUP), et ennemi irréductible des catholiques de Sinn Féin pendant des décennies, a annoncé cet accord peu avant 11H30 GMT.

Le "Monsieur Non", a finalement dit oui. Il a parlé d'une "énorme opportunité" pour la province, tout en ajoutant qu'un "énorme travail" restait à accomplir. Le président de Sinn Féin Gerry Adams a confirmé un accord qui selon lui "marque le début d'une nouvelle ère politique" pour l'Irlande du Nord, tout en insistant sur "les nombreuses difficultés devant encore être surmontées". Il a cependant regretté que l'accord n'ait pu prendre effet ce lundi, comme prévu initialement, en raison de la demande du DUP pour un délai de six semaines supplémentaires. Les deux hommes ne se sont cependant pas serrés la main à l'issue de leur rencontre dans la salle à manger du parlement de Stormont, avec chacun une délégation de 11 personnes. Mais M. Paisley a déclaré que cette rencontre représentait "un pas important sur le chemin d'un gouvernement partagé dans les six semaines". Il a ajouté que les deux partis allaient continuer à négocier avec le ministre des Finances Gordon Brown pour une aide économique à la province. M. Brown avait déjà promis le 22 mars 35 milliards de livres (51,4 milliards d'euros) sur quatre ans, si un accord sur le partage du pouvoir était trouvé. D'ici au 8 mai, M. Paisley, qui devrait devenir Premier ministre du gouvernement régional de cohabitation, rencontrera également régulièrement son vice-premier ministre pressenti, le catholique Martin Mc Guinness, ancien commandant de l'IRA, la branche armée de Sinn Féin.

Le DUP et le Sinn Féin sont les deux partis arrivés en tête aux élections législatives régionales du 7 mars dernier, avec respectivement 36 et 28 des 108 sièges de l'Assemblée nord-irlandaise. Ce sont eux qui doivent se partager la majorité des dix postes de ministres à pourvoir, pour relancer un gouvernement régional semi-autonome suspendu depuis plusieurs années. Lundi, M. Paisley a cependant invité à "ne jamais oublier ceux qui ont souffert durant la période sombre dont, Dieu merci, nous émergeons". Londres et Dublin avaient affirmé que faute d'accord d'ici au 26 mars, l'Assemblée nord-irlandaise élue le 7 mars serait dissoute, et que la province resterait administrée par Londres et Dublin pour une durée indéterminée. Les violences interconfessionnelles ont fait quelque 3.500 morts entre 1969 et 1998 (année des accords du Vendredi Saint), en Irlande du Nord.

Photo reuters

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect