Bush crée un organe de lutte contre la corruption au pouvoir

Le président américain George W. Bush a annoncé jeudi une initiative pour lutter contre la corruption dans les plus hautes sphères du pouvoir dans le monde, qu'il appelle la "cleptocratie".

(afp) La "stratégie nationale pour internationaliser les efforts contre la cleptocratie" a pour objectif de "vaincre la corruption sous toutes ses formes au plus haut niveau des affaires publiques et de dénier à des responsables corrompus l'accès au système financier international qui leur permettrait de spolier leurs peuples et de dissimuler leurs biens mal acquis", a indiqué M. Bush dans un communiqué publié à Crawford (Texas, sud), où il est en vacances. Selon M. Bush, la "cleptocratie menace nos intérêts nationaux, elle entrave nos efforts pour promouvoir la liberté et la démocratie, mettre fin à la pauvreté, et combattre le crime et le terrorisme internationaux". Cette initiative crée une équipe composée de membres d'agences relevant du département d'Etat, du département de la Justice et du Trésor, a indiqué Josette Sheeran Shiner, sous-secrétaire d'Etat pour les affaires économiques et commerciales. Il s'agit de refuser à des responsables coupables de prévarication tout refuge physique ou financier, de les poursuivre, de combattre le blanchiment et de récupérer les fonds détournés, a-t-elle dit. "Nous faisons savoir ceci aux cleptocrates: nous sommes organisés pour intervenir si vous volez les fonds qui appartiennent légitimement aux citoyens de votre pays", a-t-elle dit. L'administration a indiqué que d'anciens dirigeants comme l'Irakien Saddam Hussein, le Nicaraguayen Arnoldo Aleman, le Nigérian Sani Abacha et le Péruvien Alberto Fujimori figuraient sur la liste des "cleptocrates" notoires. Lors d'une conférence de presse ultérieure, Mme Shiner s'est contentée d'indiquer que des responsables bélarusses faisaient déjà l'objet de sanctions américaines, sans mentionner d'autre dirigeant en exercice qui pourrait être visé à l'avenir par l'administration américaine. La Banque mondiale estime à 1.000 milliards de dollars le montant total annuel des pots-de-vin perçus par des hommes et des femmes au pouvoir. L'initiative américaine fait suite à une déclaration du G8 appelant en juillet à renforcer le combat international contre la "cleptocratie". M. Bush a cependant reconnu dans son communiqué de jeudi qu'étant donné la nature "ouverte" du système financier international, le succès de l'initiative dépendait de la "participation et de la responsabilité" des pays partenaires des Etats-Unis et de la communauté financière internationale.

(photo: belga)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés