Castro va "parfaitement bien", selon l'ex-compagnon de voyage du "Che"

Alberto Granado qui, dans sa jeunesse parcourut l'Amérique du sud en moto aux côtés d'Ernesto Che Guevara, a assuré mardi depuis La Havane que Fidel Castro allait "parfaitement bien" et que Cuba était tranquille, selon l'édition électronique du journal argentin Clarin.

(afp) "Fidel va parfaitement bien, il continue de se reposer, ce dont il avait énormément besoin. J'estime qu'il devra rester au lit au moins quatre semaines de plus. Je connais certains des médecins qui l'ont opéré et je sais que ce sont les meilleurs de Cuba", a précisé M. Granado, interrogé par téléphone. M. Granado, qui fêtait ce jour ses 84 ans, est un Argentin qui s'est installé à Cuba après le triomphe de la révolution de 1959 et a des liens très étroits avec les plus hautes autorités du régime. Il a été l'un des fondateurs de l'école de médecine de Santiago (sud de Cuba) et du Centre national de recherche de Cuba. Etudiant en médecine comme lui à l'époque, il fut compagnon du guérillero argentino-cubain Ernesto "Che" Guevara lors de son voyage initiatique à travers plusieurs pays du Cône sud dont le nord minier du Chili et jusqu'en Amazonie péruvienne, décrits dans un carnet de route qui a inspiré le film "Diario de Motocicleta" de Walter Salles. A propos du long discours (plus de trois heures) donné en plein air par Fidel Castro le 21 juillet à l'université de Cordoba (Argentine), M. Granado a estimé que le "lider maximo" avait négligé sa santé. "Quand je l'ai vu sans bonnet, avec le froid qu'il faisait à Cordoba, cela ne m'a pas plu du tout. A ce moment-là, j'ai pensé qu'il fallait faire plus attention à lui", a-t-il confié à Clarin. Commentant la situation sur l'île, M. Granado a affirmé que "le peuple cubain grandit dans les moments difficiles, il a un esprit héroïque". Il s'est dit convaincu qu'"il peut y avoir une invasion des Etats-Unis à n'importe quel moment mais le peuple cubain est prêt à lutter jusqu'au bout", même si actuellement, "tout est tranquille". De toute façon, a-t-il continué, "personne ne craint une invasion américaine. Ils pourront nous rayer de la carte mais jamais ils n'élimineront la révolution". Cuba a annoncé la semaine dernière avoir renforcé sa défense après des appels américains à une transition sur l'île. "Nous sommes prêts à les recevoir, personne n'a peur ici. Cela fait 20 ans qu'ils cherchent à nous attaquer, c'est pour cela que le peuple cubain combat toujours contre l'impérialisme", a noté M. Granado.

(photo: belga)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés