Chirac tente de reprendre la main pour sortir la majorité de la crise

Après un silence prolongé, Jacques Chirac tentera de reprendre la main lundi soir, sur France 2, au moment où les vives tensions au sein de la majorité handicapent l'action du gouvernement, à dix mois de la présidentielle.

(AFP) Le chef de l'Etat devrait renouveler sa confiance à Dominique de Villepin, qui fait face à la colère des députés UMP, dont certains demandent même le départ. France 2 a annoncé, dimanche en fin d'après-midi, que M. Chirac répondrait lundi, en direct de l'Elysée, aux questions d'Arlette Chabot, dans le cadre du journal de 20H00. Il s'agit de la première intervention du président à la télévision depuis le 10 avril, quand il avait prononcé l'avis de décès du Contrat première embauche (CPE), mis en place par Dominique de Villepin et qui avait jeté des millions de personnes dans les rues. Depuis, M. Chirac a donné l'impression de surtout se consacrer aux sujets qui lui tiennent à coeur, comme le développement des pays pauvres, la lutte contre le changement climatique ou la diversité culturelle incarnée par "son" musée des arts premiers. Ou à l'évocation de grands principes comme dimanche à Verdun, où il a exalté la nation française, diverse et rassemblée, lors d'un hommage aux soldats musulmans morts sous l'uniforme français. Malgré l'affaire Clearstream, l'amnistie de Guy Drut critiquée y compris par ses proches, comme le président de l'Assemblée nationale, Jean-Louis Debré, les tergiversations sur la fusion GDF-Suez ou les ennuis d'EADS, le chef de l'Etat a refusé d'intervenir publiquement, comme l'y appelaient pourtant de plus en plus de voix dans une majorité désorientée. Toutes ces affaires ont exacerbé les divisions au sein de l'UMP au point de rendre pratiquement inaudible l'action du gouvernement qui peut toutefois se targuer d'une baisse sensible et continue du chômage et d'une croissance consolidée.

(Photo: Belga)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés