Clearstream : Villepin relaxé

Dominique de Villepin, ancien Premier ministre français, a été relaxé ce matin dans l'affaire Clearstream. Il était accusé de complicité " de dénonciation calomnieuse".

Bruxelles (AFP) - L'ancien Premier ministre Dominique de Villepin a été relaxé jeudi de dénonciation calomnieuse dans l'affaire Clearstream par le tribunal correctionnel de Paris.

Le procureur de Paris Jean-Claude Marin avait requis le 20 octobre contre Dominique de Villepin 18 mois de prison avec sursis et 45.000 euros d'amende pour "complicité de dénonciation calomnieuse".

Il avait estimé que l'ancien Premier ministre s'était rendu "complice" de dénonciation calomnieuse "en cautionnant par son silence les agissements de Jean-Louis Gergorin", l'ancien vice-président d'EADS.

L'affaire Clearstream est une vaste histoire de manipulation dans laquelle des listings bancaires ont été falsifiés et transmis à un juge afin de faire croire que plusieurs personnalités, dont Nicolas Sarkozy, détenaient des comptes occultes à l'étranger.

Le mathématicien Imad Lahoud, qui a falsifié les listings bancaires, a été déclaré coupable de complicité de dénonciation calomnieuse dans l'affaire Clearstream.

L'ancien vice-président d'EADS Jean-Louis Gergorin, qui a transmis des fichiers falsifiés à la justice, a été déclaré par le tribunal correctionnel coupable de dénonciation calomnieuse au procès Clearstream.

L'ex-auditeur Florian Bourges a été déclaré coupable d'abus de confiance, alors que le journaliste Denis Robert a été relaxé.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés