Conférence ministérielle sur l'Irak les 3 et 4 mai en Egypte

La conférence ministérielle sur l'Irak avec les pays voisins et les grandes puissances aura lieu les 3 et 4 mai à Charm-el-Cheikh en Egypte, a annoncé samedi le ministre irakien des Affaires étrangères, Hoshyar Zebari (photo epa).

"Nous sommes tombés d'accord pour tenir la réunion ministérielle avec les pays voisins et les membres permanents du Conseil de sécurité (de l'ONU) et le G8 en Egypte, plus probablement à Charm-el-Cheik", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à Bagdad. "En même temps, il y aura une autre réunion également en Egypte pour le Contrat international d'objectifs pour l'Irak (ICI), avec un groupe plus large", a-t-il ajouté. L'ICI est un plan quinquennal pour restaurer l'économie irakienne, lancé en juillet entre Bagdad et les Nations unies avec le soutien de la Banque mondiale. "C'est une réunion très importante et une avancée majeure dans la politique au Moyen-Orient et dans le monde, à cause de l'importance des participants", a estimé le ministre. "Cette réunion visera à inciter nos voisins à aider le gouvernement irakien à se stabiliser et aussi à passer en revue les résolutions de la réunion de Bagdad. Nous allons en particulier procéder à la mise en place de groupes de travail sur la coopération sécuritaire, les réfugiés, le pétrole et l'énergie", a-t-il dit. Le chef de la diplomatie irakienne avait fait savoir il y a deux jours que la conférence ministérielle sur l'Irak aurait lieu la première quinzaine de mai, vraisemblablement hors d'Irak, sans autre précision. Les hypothèses du Caire et d'Istanbul ont notamment été étudiées. Cette rencontre sera la continuation de la conférence internationale sur la sécurité en Irak organisée le 10 mars à Bagdad. Elle avait réuni 17 pays et organisations, dont les grandes puissances et les voisins de l'Irak, représentés par des ambassadeurs et quelques vice-ministres. Au cours de cette conférence, l'Irak avait notamment sollicité l'aide de ses voisins pour stopper l'infiltration par les frontières d'armes et d'argent destinés aux groupes extrémistes qui commettent des attentats en territoire irakien.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés