Des milliers de pacifistes contre la guerre en Irak

Le quatrième anniversaire de l'invasion de l'Irak a mobilisé samedi aux Etats-Unis tant les partisans de la guerre que les pacifistes, alors que des manifestations contre l'opération américaine étaient organisées aussi en Corée du Sud, en Espagne, en Grèce, en Turquie, en République Tchèque et en Hongrie.

(afp) Environ un millier de personnes appuyant la guerre en Irak ont commencé à se rassembler samedi matin à Washington, face à plusieurs centaines de pacifistes, a constaté une journaliste de l'AFP.

Les partisans de la guerre, anciens combattants du Vietnam et leurs proches, vêtus de cuir noir, ont envahi l'esplanade entourant le monument de la guerre du Vietnam, à l'appel de l'organisation "Gathering of Eagles". Plusieurs centaines se sont rendus sur l'esplanade où commençaient à se rassembler les pacifistes, une centaine de mètres plus loin. Scandant "USA", ils ont déchiré, piétiné et craché sur les pancartes des pacifistes appelant à la fin de la guerre. "Les gauchistes encouragent l'ennemi", pouvait-on lire sur une pancarte.

Les militants antiguerre répondaient à l'appel de l'organisation Answer qui attendait des "dizaines de milliers" de personnes venant de tout le pays. Des manifestations étaient également organisées à San Francisco et Los Angeles (Californie, ouest).

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté samedi à Washington pour réclamer la fin de la guerre en Irak, quatre ans après l'invasion de ce pays, lors d'une "marche sur le Pentagone" qui fait écho à celle de 1967 contre la guerre du Vietnam, a constaté une journaliste de l'AFP.Plus de 50

A des milliers de km de distance, une manifestation similaire a réuni environ mille personnes à Séoul, pour réclamer le retrait des forces sud-coréennes d'Irak.

En Grèce, des centaines de personnes ont manifesté à Athènes et Salonique (nord), réclamant "l'arrêt de l'occupation". Rassemblés sur la place centrale de Syntagma, les manifestants ont assisté à un concert avant d'entamer une marche vers l'ambassade des Etats-Unis, située à deux kilomètres du centre-ville et encerclée d'importantes forces policières. Dès vendredi soir, le parti communiste grec et des organisations pacifistes avaient organisé à Athènes une manifestation "contre la guerre" rassemblant des centaines de personnes.

Environ 6.000 personnes ont manifesté samedi à Istanbul en dénonçant l'"occupation" américaine. Près de 3.000 personnes, dont de nombreux militants du parti communiste (TKP), ont manifesté à Taksim, sur la rive européenne d'Istanbul, et quelque 3.000 autres sur la rive asiatique, à l'appel d'organisations pacifistes.

En Espagne, des manifestations étaient attendues dans une dizaine de villes, dont Madrid et Barcelone, Saragosse et Valladolid. A Madrid, la plate-forme citoyenne Foro Social (30 organisations sociales et syndicales), a convoqué une manifestation sous le slogan "Pour la paix, non à la guerre, non à la violence, pour la fin de l'occupation de l'Irak et pour la fermeture de Guantanamo". Soutenue par le Parti socialiste (au pouvoir en Espagne), les écolo-communistes d'Izquierda Unida et les deux grands syndicats UGT et Comisiones Obreras, cette marche devait parcourir le centre de Madrid.

A Copenhague, quelques centaines de personnes se sont rassemblées devant l'ambassade américaine pour protester contre la participation du Danemark à la guerre en Irak. A Prague, quelque 150 personnes ont manifesté à la fois contre la guerre en Irak et contre l'installation sur le sol tchèque d'un radar antimissile américain.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés