Publicité

Enquête sur la vidéo pirate de la mort de Saddam: un garde arrêté

Selon le procureur général auprès du Haut tribunal pénal irakien, qui assistait à la pendaison, seuls deux témoins disposaient de téléphone portable.

(afp) Les autorités irakiennes ont arrêté mercredi un "garde" dans le cadre de l'enquête sur la vidéo pirate de l'exécution de l'ancien président Saddam Hussein, a indiqué à l'AFP un porte-parole du Premier ministre Nouri al-Maliki. "C'est vrai. L'un des gardes (qui assistait à la pendaison) a été arrêté", a déclaré Haydar Majid.Condamné le 5 novembre 2006 par le Haut tribunal pénal irakien pour "crime contre l'humanité", Saddam Hussein a été pendu samedi à l'aube par les autorités irakiennes, dans une caserne de Bagdad.

Quelques heures après l'exécution, la télévision publique Iraqia avait diffusé une séquence sans bande sonore d'une vingtaine de secondes -tournée par une équipe autorisée- montrant les derniers instants de Saddam, avant la pendaison elle-même .Mais dès dimanche, une vidéo pirate tournée avec un téléphone portable a été diffusée sur internet: elle montre l'exécution dans ses détails et révèle que des témoins ont scandé le nom du chef radical chiite Moqtada Sadr. Plusieurs d'entre eux ont également invectivé le supplicié à ses derniers instants, alors que des cris de vengeance ont retenti immédiatement après sa mort. Une enquête a été lancée par le Premier ministre pour identifier l'auteur de cette vidéo, le ou les responsables de sa diffusion sur internet, et les auteurs des cris sur la vidéo. Cette commission d'enquête comprend trois personnes. Selon un membre de son entourage, M. Maliki "prend très au sérieux cette enquête, et il veut punir le responsable, quelqu'il soit". Selon le procureur général auprès du Haut tribunal pénal irakien Mounqith al-Faroun, qui assistait à la pendaison, seuls deux témoins disposaient de téléphone portable parmi la vingtaine de personnes présentes."Tous deux étaient des hauts responsables du gouvernement", a-t-il souligné mardi sur la chaîne al-Jazira, refusant cependant de les nommer.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés