Publicité

Harriet Harman, une féministe désignée numéro deux du Labour britannique

Harriet Harman, élue dimanche numéro deux du Parti travailliste britannique, est une féministe âgée de 56 ans originaire du sud de l'Angleterre, dont la personnalité devrait faire contrepoids au nouveau dirigeant du Labour, Gordon Brown.

(afp) Mme Harman, depuis le mois dernier secrétaire d'Etat à la Justice dans le gouvernement de Tony Blair, est sortie vainqueur par surprise d'un scrutin extrêmement serré pour ce poste.Elle a fait campagne en mettant l'accent sur l'égalité homme-femme et la justice sociale et soulignait qu'il était nécessaire que le Labour élise une femme à ce poste pour attirer le vote féminin.

Elle a aussi fait l'objet de critiques jusque dans son camp pour être trop politiquement correcte.Son prédécesseur, John Prescott, cumulait le poste de numéro deux du parti et de vice-Premier ministre, mais on ignore à ce stade si Mme Harman héritera de ce double rôle.Née en 1950 à Londres dans un milieu privilégié, Harriet Harman étudie le droit et suit les traces de sa mère en devenant avocate.

Elle se bat pour les libertés publiques et épouse en 1982, Jack Dromey, un responsable du syndicat T&G, actuellement trésorier du Labour.

La même année elle est élue député pour la circonscription de Camberwell and Peckham, au sud de Londres, l'une des plus pauvres du pays.Cette mère de trois enfants, ardent partisan de la refondation du Labour par Tony Blair et Gordon Brown, progresse rapidement dans le parti.Elle entre au gouvernement fantôme en 1994.

Et une fois le Labour au pouvoir en 1997 elle est nommée ministre de la Sécurité sociale et aux Femmes.Mais son mandat est terni par un scandale provoqué par son choix d'envoyer son fils étudier dans une école pour l'élite.

Ses propositions de réductions des allocations ont aussi du mal à passer chez les députés travaillistes et elle doit quitter le gouvernement en 1998.Malgré ces revers, redevenue simple député, elle continue à soutenir sans faille le Premier ministre, tout en restant proche du clan de Gordon Brown.Elle revient sur le devant de la scène en 2001 quand elle est nommée Solicitor general, deuxième poste le plus important du système judiciaire britannique, où elle s'efforce de promouvoir les droits des femmes.Le mois dernier, elle avait été nommée secrétaire d'Etat dans le tout nouveau ministère de la Justice, après être devenue en 2005 secrétaire d'Etat chargée des affaires constitutionnelles.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés