Iran: encore de la marge pour la diplomatie, selon Pékin

La Chine, qui fait partie du groupe des "Six", répond ainsi à l'ultimatum lancé samedi dernier par Téhéran à propos des conditions d'échange de son combustible nucléaire. Lundi, les Etats-Unis avaient parlé de "porte ouverte".

(afp) - La Chine a estimé mardi que la communauté internationale avait "encore de la marge pour les efforts diplomatiques" dans le dossier du nucléaire iranien, appelant à la reprise au plus tôt des négociations. La Chine fait partie du groupe des "Six" (Etats-Unis, Russie, France, Grande-Bretagne, Allemagne et Chine), pays interlocuteurs de Téhéran sur le nucléaire iranien.

"Nous pensons que le dialogue et la négociation sont les moyens adéquats de résoudre la question du nucléaire iranien", a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Mme Jiang Yu, lors d'un point presse.
"Nous avons encore de la marge pour les efforts diplomatiques et espérons que toutes les parties adopteront des politiques plus flexibles et pragmatiques pour renforcer les efforts diplomatiques et promouvoir une reprise au plus tôt des négociations", a-t-elle ajouté.

Lundi, un porte-parole américain a affirmé que la porte était "toujours ouverte" pour l'Iran s'il décidait de coopérer sur son programme nucléaire, mais que Washington allait discuter dès cette semaine des "prochaines étapes" dans ce dossier.

L'Iran a soumis le 2 janvier un "ultimatum" à la communauté internationale, pressée d'accepter d'ici à un mois les conditions de Téhéran pour "un échange par étapes du combustible nucléaire". Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Ramin Mehmanparast, a déclaré mardi que l'Iran est toujours prêt à un échange "progressif" de son uranium faiblement enrichi contre du combustible enrichi à 20% pour son réacteur de recherche de Téhéran.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés