Israël: enquête du contrôleur de l'Etat sur la conduite de la guerre

La conduite de la guerre menée par Israël au Liban va faire l'objet d'une enquête du contrôleur de l'Etat, le juge Micha Lindenstrauss, a-t-on appris lundi auprès de son bureau.

(afp) "Le bureau du contrôleur de l'Etat va commencer par rassembler des informations, des documents et des protocoles relatifs à la guerre dans le nord", a indiqué un communiqué du bureau du contrôleur de l'Etat. Un rapport, non contraignant mais dont les conclusions relayées par les médias locaux ont généralement un poids considérable sur la scène politique intérieure, doit être en principe publié à l'issue de l'enquête, a-t-on précisé. "Les différents départements du bureau supervisant la sécurité et l'armée et les divers ministères du gouvernement vont mettre à contribution leurs experts pour examiner la conduite de la guerre et la situation de l'arrière" lors du conflit, a ajouté le communiqué.

Le Premier ministre Ehud Olmert qui a effectué lundi une visite dans le nord d'Israël, soumis pendant un mois à un bombardement intensif du Hezbollah contraignant la population à se terrer dans des abris, a été invectivé à plusieurs reprises par des habitants et des élus municipaux pour les carences de l'aide aux civils, selon les médias.

L'initiative du contrôleur de l'Etat survient alors qu'enfle dans le pays la vague de critiques contre les responsables israéliens, accusés des échecs de l'offensive au Liban et que le gouvernement de M. Olmert traîne sur la question de la mise en place d'une commission d'enquête gouvernementale réclamée de toutes parts. Les critiques portent, notamment, sur le manque d'equipements des militaires, les carences logistiques et le manque de détermination du commandement et de la direction politique. Face à ces critiques, le ministre de la Défense, Amir Peretz, a désigné une commission chargée d'enquêter sur la façon dont Tsahal a mené la guerre au Liban, présidée par l'ancien chef d'état-major Amnon Shahak, qui a commencé ses travaux dimanche.

La commission doit remettre un rapport sous trois semaines. Elle n'a cependant aucun pouvoir pour examiner la conduite de la guerre par le gouvernement, ce qui ne serait pas le cas s'il s'agissait d'une commission d'enquête d'Etat relevant de la justice.

M. Olmert a quant à lui demandé au conseiller juridique du gouvernement Menachem Mazouz, de présenter ses propres propositions pour une enquête indépendante. Il s'est toutefois vivement opposé à ce que l'on s'en prenne à l'armée. "Nous n'avons pas d'autre Tsahal. Que voulez-vous qu'on fasse? Qu'on mette en rang les militaires et qu'on les gifle? Que nous les immobilisions en les soumettant quotidiennement à des commissions d'enquête pour qu'ils ne parviennent pas à se préparer à la prochaine confrontation? Et après, le leur reprocher? Je ne jouerai pas ce jeu là", a déclaré M. Olmert, lors de sa visite dans le nord du pays

(photo: belga)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés