Israël menace de frapper plus fort malgré les risques pour les civils

Israël menace de frapper plus durement à Gaza pour mettre un coup d'arrêt aux tirs de roquettes, au risque de causer des victimes civiles, après une nouvelle bavure qui s'est soldée par la mort de trois jeunes Palestiniens dans un raid.

(afp) "Je veux dire ici à ceux qui veulent nous attaquer, nous prendrons des mesures dures, très dures, plus dures et plus douloureuses que celles prises dans le passé", a averti mardi soir le Premier ministre Ehud Olmert. "Nous les atteindrons tous, où qu'ils se trouvent ( ..) et nous ne prendrons en considération dans nos actes que la protection de nos concitoyens", a-t-il ajouté devant le 35ème congrès sioniste mondial à Jérusalem. "Il n'y aura pas d'immunité pour quiconque est impliqué dans le terrorisme, peu importe ce qu'il fait et à (quel mouvement) il appartient", a martelé M. Olmert laissant entendre qu'Israël pourrait s'en prendre à des responsables du mouvement islamiste Hamas au pouvoir, dont la direction avait été décimée par Israël en 2004. A la même heure, l'aviation israélienne tuait deux enfants et un adolescent dans une tentative avortée d'éliminer un chef local des Brigades des martyrs d'Al-Aqsa (groupe armé lié au Fatah du président palestinien Mahmoud Abbas), Imad Hamad, 38 ans, à Gaza. Selon l'armée israélienne, il était "impliqué dans des tirs de roquettes artisanales, dont 140 ont visé Israël" depuis le début du mois. "Nous regrettons toute victime civile causée par l'opération. Mais la responsabilité en incombe aux organisations terroristes qui agissent au sein de la population et au gouvernement du Hamas qui ne fait rien pour les stopper", a déclaré l'armée dans un communiqué. Cette nouvelle bavure survient une semaine après la mort de neuf civils, dont des enfants, lors d'un raid aérien israélien le 13 juin, contre une voiture transportant des activistes.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés