Japon: le chômage stable en février, la consommation poursuit son rebond

Le taux de chômage au Japon est resté stable au Japon en février par rapport au mois précédent à 4,0%, et la consommation des ménages a augmenté pour le deuxième mois d'affilée (+1,3%), a annoncé vendredi le ministère des Affaires intérieures. De leur côté, les dépenses de consommation moyennes d'un ménage au Japon ont augmenté de 1,3% en février sur un an à 272.763 yens (environ 1.771 euros), marquant son deuxième mois consécutif d'augmentation .

(afp) L'absence d'évolution du taux de chômage est conforme aux pronostics des économistes. La hausse de la consommation des ménages les a en revanche surpris, car ils ne s'attendaient en moyenne qu'à une hausse de 0,5%, selon un sondage réalisé par le quotidien Nikkei auprès de 18 d'entre eux.

Fin février, on comptait au Japon 2,7 millions de chômeurs, soit 2,5% de moins qu'un an plus tôt, pour une population active en légère augmentation de 0,3% à 110,34 millions d'individus, a précisé le ministère.

Le taux de chômage chez les hommes a diminué de 0,1 point à 4,0%, tandis que celui chez les femmes a augmenté de 0,2 point à 4,0% également.

Le taux de chômage est resté élevé chez les 15-24 ans (8,7% contre 8,4% en janvier), traduisant l'augmentation du nombre de jeunes exclus du système, connus au Japon sous l'acronyme de "NEETs" ("Not in Employment, Education or Training" ou "sans emploi ni éducation ni formation").

Par ailleurs, on comptait au Japon fin février 105 offres d'emplois pour 100 demandes, contre 106 offres fin janvier, traduisant une atténuation de la pénurie de main d'oeuvre, a annoncé séparément le ministère de la Santé, du Travail et des Affaires sociales.

Les dépenses de consommation des ménages salariés, qui comptent pour environ 60% du total, ont pour leur part reculé de 2,7% à 291.264 yens. Le revenu moyen d'un ménage salarié a augmenté de 2,3% à 471.681 yens.

La fiabilité des statistiques sur la consommation des ménages est souvent mise en doute par les économistes, qui préfèrent se baser sur les chiffres mensuels des ventes de détail au Japon.

Ces dernières ont connu en février leur quatrième recul d'affilée (-0,2%), avait annoncé jeudi le ministère de l'Economie, du Commerce et de l'Industrie.

Même si l'économie japonaise connaît actuellement sa plus longue période d'expansion depuis 1945, tirée par les investissements des entreprises et par le commerce extérieur, la consommation intérieure tarde jusqu'à présent à redémarrer, ce qui empêche les prix de véritablement décoller.

Photo Belga

Publicité
Publicité

Echo Connect