L'Allemagne, cancre en matière d'égalité salariale entre hommes et femmes

En Allemagne, les femmes gagnent en moyenne 23,2% de moins que leurs collègues masculins. Les quelques mesures anti-discrimination y ayant été introduites n'y font rien, les engagements concrets sur le rattrapage des salaires s'y font attendre.

(AFP) - Première économie d'Europe, l'Allemagne est l'une des lanternes rouges du continent en matière d'égalité salariale entre hommes et femmes, un domaine où les choses peinent à bouger.
L'"Equal Pay Day" allemand a été fixé symboliquement cette année au 26 mars dans un pays où les femmes gagnaient toujours 23,2% de moins que leurs compatriotes masculins par heure travaillée, selon les derniers chiffres de l'Office des statistiques, en 2008. L'écart est de 28% dans les fonctions d'encadrement du secteur privé, selon une étude du DIW publiée ce mardi.

Au sein de l'Union européenne, l'écart moyen est de 18%. Seules l'Estonie, la République tchèque, l'Autriche et les Pays-Bas font pire que l'Allemagne. L'Italie est elle le meilleur élève avec 4,9%, contre 9% pour la Belgique et 19,2% pour la France.

Outre les mesures anti-discriminatoires instaurées au niveau de l'Union européenne, quelques engagements ont été pris en Allemagne en 2001 entre le gouvernement social-démocrate/écologique de l'époque et le monde économique. "Mais seulement sur une base volontaire", et de fait ils ont été très peu suivis d'effet, relève Katharina Pühl, chercheuse à l'Université libre de Berlin. "Depuis 2001, les différences de salaires entre les hommes et les femmes ne se sont réduites de manière significative ni dans les postes de direction ni d'une manière générale", constate Anne Busch, de l'institut économique DIW. "Le problème est culturel: les stéréotypes sont très ancrés, comme l'idée que les femmes doivent élever les enfants et que l'homme nourrit la famille", relève Mme Pühl. "En France ou en Scandinavie, c'est différent".

Le fait que les Allemandes exercent souvent des métiers moins rémunérateurs ou qu'elles interrompent leur carrière pour élever leur progéniture n'explique qu'une partie de l'écart, soulignent les économistes: à compétences égales et parcours professionnel comparable, les femmes gagnent moins. Pour la commissaire européenne à la Justice Viviane Reding, la situation allemande est "inacceptable" car ce pays est "l'un des plus développés au monde au niveau économique et devrait donner le bon exemple".

La discussion sur l'égalité salariale et l'introduction de "Frauenquoten" (quotas de femmes) aux postes à responsabilités s'étire depuis les années 1990. Mais si certains groupes comme Deutsche Telekom ont promis récemment de promouvoir activement la gent féminine à des postes à responsabilités, les engagements concrets sur le rattrapage des salaires se font attendre. Et si depuis 2006, l'Allemagne dispose d'une loi générale pour sanctionner les discriminations, "il est dur de prouver qu'un écart de salaire est lié uniquement au sexe", constate le porte-parole du bureau fédéral de prévention contre les discriminations, Jens Büttner. "D'autres facteurs entrent souvent en compte", ajoute-t-il, notant au passage que cette loi n'avait engendré aucune "vague de plaintes" féminines sur les niveaux de salaires.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés