L'Iran continue de défier l'Occident

L'Iran ne donnait aucun signe jeudi de vouloir libérer 15 marins britanniques dont la capture il y a une semaine dans le Golfe a déclenché une crise diplomatique majeure entre Téhéran et Londres. L'affaire des marins capturés a des répercussions sur les cours du pétrole, qui évoluaient mercredi soir à leur plus haut niveau depuis plus de six mois, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex). Le baril de "light sweet crude" pour livraison en mai y a progressé de 1,15 dollar, clôturant à 64,08 dollars.

(afp) Une télévision officielle iranienne a même montré mercredi soir, à la colère du gouvernement britannique, plusieurs de ces captifs, dont la seule femme, Faye Turney. Cette jeune femme de 26 ans, mariée et mère d'une petite fille de trois ans, dont le sort a ému l'opinion de son pays, admet, dans une déclaration en anglais et dans une lettre à sa famille qui lui est attribuée, que les marins avaient bien pénétré dans les eaux iraniennes, la thèse de Téhéran. Londres assure en revanche que ses marins ont été faits prisonniers lors du contrôle d'un boutre dans les eaux irakiennes.

"Les marins arrêtés ont reconnu être entrés illégalement dans les eaux iraniennes. S'il est prouvé qu'ils ont commis une erreur, cela se réglera par des excuses du gouvernement britannique, mais s'il est prouvé qu'il s'agit d'un acte volontaire, leur gouvernement doit expliquer l'objectif d'un tel acte", a déclaré le vice-président du parlement iranien Mohammad Reza Bahonnar. Le seul signe d'assouplissement de la position iranienne, l'annonce la veille que Faye Turney serait libérée dans les 24 ou 48 heures, n'avait pas été notifié officiellement jeudi aux Britanniques, a indiqué l'ambassade de Grande-Bretagne à Téhéran. L'ambassade n'a aucune information non plus sur une éventuelle visite consulaire aux 15 marins, a déclaré à l'AFP un diplomate britannique. La TV iranienne en langue arabe Al-Alam a montré Faye Turney, portant un voile noir, et d'autres marins prendre un repas, quelques heures après le gel par Londres de ses liens officiels avec l'Iran. "Nous avons été arrêtés le vendredi 23 mars, nous avons de toute évidence pénétré dans leurs eaux territoriales", déclare en anglais Faye Turney dans cette vidéo.

Londres a immédiatement protesté, assurant que les images sont "complètement inacceptables". La ministre des Affaires étrangères Margaret Beckett s'est dite "très préoccupée" par "toute indication de pression ou de contrainte sur notre personnel".

Les Britanniques n'ont pas oublié comment huit de leurs soldats avaient été capturés en juin 2004 dans les eaux iraniennes et relâchés trois jours plus tard après avoir subi un simulacre d'exécution. La TV a également montré en gros plan une lettre en anglais écrite selon elle par la jeune femme, à l'intention de sa famille. Selon l'agence officielle iranienne Irna, cette lettre, dont on ignore dans quelles conditions elle a été écrite, a été remise à l'ambassadeur de Grande-Bretagne. Elle y dit que les marins sont "apparemment" entrés dans les eaux iraniennes. Les Européens et les Américains, déjà engagés dans une confrontation avec Téhéran sur son dossier nucléaire controversé, ont apporté leur appui à Londres.

Le chef de la diplomatie de l'UE Javier Solana a indiqué avoir dit la veille à Ryad au ministre iranien des Affaires étrangères Manouchehr Mottaki que son organisation jugeait "inacceptable" la détention des 15 marins, et que "la solidarité européenne jouerait à plein sur ce dossier". Et le président George W. Bush, dont la marine mène d'importantes manoeuvres au large des côtes iraniennes, mettant en oeuvre deux porte-avions, a fait part au Premier ministre Tony Blair de son soutien total.

Photo Belga

Publicité
Publicité

Echo Connect