L'Iran poursuivra programme nucléaire malgré résolution Onu

L'Iran continuera son programme nucléaire en dépit de la résolution adoptée lundi par le conseil de sécurité des Nations Unies, a déclaré vendredi le vice-ministre des Affaires étrangères iranien Manoucher Mohammadi à la chaîne régionale Telesur, basée à Caracas.

(afp) "Aucune de ces mesures ne pourra impressionner l'Iran et l'obliger à abandonner ses activités pacifiques de développement de la technologie nucléaire", a déclaré M. Mohammadi en farsi, traduit en espagnol par un assistant, selon un communiqué reprenant son interview.

"La République islamique résistera sans aucun problème", a estimé le responsable adjoint de la diplomatie de la République islamique.

Le conseil de sécurité de l'Onu a adopté lundi par 14 voix contre une une résolution donnant un mois à l'Iran pour stopper son programme d'enrichissement d'uranium.

Selon le vice-ministre Mohammadi, les Etats-Unis "échoueront" dans leurs politiques "interventionnistes" au Moyen Orient. "Comme les Etats-Unis n'ont pas obtenu ce qu'ils voulaient en Afghanistan et en Irak, ils cherchent à intervenir à travers le gouvernement sioniste au Liban", a-t-il dénoncé.

La politique de Washington dans la région est "condamnée à l'échec parce qu'elle rencontre une montagne de difficultés et se retrouve dans une voie sans issue", a estimé M. Mohammadi. Selon lui, Israël "ne s'attendait pas à affronter" une telle résistance du Hezbollah au Liban.

Le président vénézuélien Hugo Chavez s'est rendu la semaine passée à Téhéran dans le cadre d'une tournée qui l'a mené dans 9 pays sur 4 continents, et s'est terminée jeudi.

Le gouvernement de Caracas, allié de celui de Téhéran, a retiré jeudi son ambassadeur en Israël pour protester contre les bombardements au Liban.

Israël s'est élevé vendredi contre la décision du Venezuela de rappeler son représentant en Israël, suite aux bombardements israéliens au Liban et contre des Palestiniens.

"Israël juge avec gravité cette décision et pèse les mesures qui pourraient être prises" en réponse, a déclaré à l'AFP le porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

(photo belga)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés