L'Iran tenterait de se procurer de l'uranium en RDC

L'Iran tente de se procurer de l'uranium en République démocratique du Congo pour son programme nucléaire, affirme dimanche le Sunday Times en citant un responsable anonyme des douanes tanzaniennes. L'Iran dément.

Le Président iranien Mahmoud Ahmadinejad - Photo Belga

(afp) - Selon cette source, un chargement caché d'uranium 238 à destination du port iranien de Bandar Abbas a été intercepté le 22 octobre 2005 en Tanzanie.

L'hebdomadaire britannique évoque un rapport des Nations unies, devant être prochainement soumis au Conseil de sécurité et rapportant la découverte en Tanzanie d'une quantité importante du métal radioactif en provenance d'une mine officiellement fermée mais exploitée en secret à Lubumbashi (RDC).

Selon le douanier interrogé par le Times, l'uranium était dissimulé parmi du coltan, un minerai rare, qui était destiné à être fondu au Kazakhstan après avoir été transporté par voie maritime via Bandar Abbas.

"Plusieurs conteneurs devant être embarqués, a-t-il raconté, ont subi une inspection de routine avec un compteur Geiger", l'instrument permettant de mesurer la radioactivité.

"Le conteneur a été placé en sécurité dans le port et a ensuite été enlevé, par les Américains je crois, ou au moins avec leur aide", a poursuivi le douanier. "On nous a tous dit de ne rien dire à personne sur cette affaire".

Le Sunday Times affirme par ailleurs, sans donner de détails, que les services de renseignement britanniques ont appris que des "cellules dormantes" iraniennes ont "effectué des reconnaissances" près de centrales nucléaires britanniques en vue d'y préparer d'éventuels attentats.

Un haut responsable iranien, Ali Larijani, Ali Larijani, a démenti dimanche les informations de la presse anglaise: "C'est complètement faux, car nous n'avons pas besoin d'importer d'uranium étant donné que nous avons des mines d'uranium et une usine pour le traiter", a dit le secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale, dans une conférence de presse.

Il a affirmé dimanche que l'Iran "n'acceptait pas la suspension de son enrichissement" d'uranium. Le Conseil de sécurité des Nations unies a donné à l'Iran jusqu'au 31 août pour suspendre cette activité, faute de quoi il envisagera l'adoption de sanctions.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés