L'UE s'inquiète d'une hausse de l'immigration illégale

Des dirigeants de l'Union européenne ont mis en garde mardi contre une hausse de l'immigration illégale aux frontières extérieures de l'UE, particulièrement celles du sud que des milliers d'Africains cherchent à franchir.

(belga) "Nous ne pouvons pas espérer que les pressions migratoires sur nos frontières du sud vont diminuer dans un proche avenir", a déclaré le commissaire européen à la Justice Franco Frattini, lors d'une conférence à Varsovie, au siège de l'agence européenne des frontières Frontex. "Les données démographiques montrent que les migrations vont augmenter car la population des 50 pays les moins développés devrait doubler de 800 millions d'habitants en 2007 à 1,7 milliard en 2050", a ajouté Franco Frattini. "Les défis qui sont au devant de nous continuent d'être très importants (..) nous devons rester vigilants et surveiller toute évolution dans les mouvements migratoires", a-t-il dit, en évoquant une éventuelle pression accrue aux frontières orientales de l'UE.

"Ce printemps, nous allons être confrontés à des flux migratoires accrus via la Méditerranée vers l'Europe, avec tout les risques que cela comporte pour la vie des gens", a prévenu de son côté le ministre allemand de l'intérieur Wolfgang Schäuble, dont le pays préside actuellement l'Union. "Il est d'une importance capitale de coopérer étroitement sur les problèmes d'immigration avec les pays d'origine et de transit le long des frontières est et sud de l'UE", a-t-il ajouté.

"Dans le même temps, il faut intensifier la surveillance aux frontières extérieures, pas seulement à cause des pressions migratoires au sud mais aussi en raison des scénarios futurs de flux vers l'Europe de l'Est", a dit M. Schäuble. "Frontex a montré qu'elle peut soutenir efficacement les pays membres dans cette tâche", a ajouté le ministre allemand, à l'occasion de l'inauguration du nouveau siège de l'agence à Varsovie.

Frontex a commencé à fonctionner en octobre 2005 et a été rapidement confrontée aux crises provoquées par les vagues d'immigrants clandestins qui traversent la mer sur des bateaux de fortune pour tenter de rejoindre depuis l'Afrique les côtes italiennes via la Méditerranée ou bien les îles Canaries (Espagne) via l'Atlantique.

Photo Belga

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect