La Serbie n'a "rien fait" pour empêcher le génocide

La Cour internationale de justice, plus haute instance judiciaire des Nations Unies, a estimé lundi que la Serbie n'avait rien fait pour empêcher le massacre de Srebrenica en 1995, qu'elle a défini comme un génocide. La Cour a, cependant, débouté la Bosnie de sa plainte pour génocide contre la Serbie.

(afp) La Cour internationale de justice, plus haute instance judiciaire des Nations unies, a estimé lundi que la Serbie n'avait pas organisé de génocide contre la Bosnie durant la guerre de 1992-1995.

La CIJ a toutefois estimé que Belgrade n'avait rien fait pour empêcher le massacre de Srebrenica en 1995, qu'elle avait défini plus tôt comme un génocide.

La Serbie "n'a rien fait pour respecter ses obligations de prévenir et de punir le génocide" commis à Srebrenica et "a échoué à coopérer pleinement avec le" Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie, qui poursuit les responsables, selon l'arrêt de la CIJ lu par la présidente Rosalyn Higgins.

La CIJ a néanmoins estimé que la Serbie ne pouvait être rendue directement responsable de ce génocide.

"Les actions de ceux qui ont commis un génocide à Srebrenica ne peuvent être directement attribuées à l'accusé", a déclaré Mme Higgins.

Les massacres de près de 8.000 Musulmans commis en juillet 1995 après la prise de Srebrenica, enclave sous protection des Casques bleus des Nations unies, étaient déjà définis comme un génocide par le TPI.

La Bosnie avait saisi la CIJ en 1993, lui demandant de dire que la Serbie avait organisé un génocide lors de la guerre qui avait débuté en 1992 et devait durer jusqu'en 1995, faisant 200.000 victimes.

Photo Belga

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés