Le brut grimpe après le refus iranien de libérer la militaire britannique

Le pétrole a rebondi jeudi, au-dessus des 66 dollars à Londres et des 64 dollars à New York, après le refus iranien de libérer Faye Turney, la seule femme du groupe des 15 marins britanniques capturés la semaine dernière dans le Golfe Persique. Les cours étaient en léger repli avant que Téhéran n'annonce son refus de libérer Mme Turney.

(l'écho) Vers 11H50 GMT (13H50 à Paris), après cette annonce, le baril de Brent de la mer du Nord prenait 38 cents à 66,16 dollars, après un pic à 66,27 dollars, sur l'échéance de mai.Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" pour livraison en mai gagnait 1 cent à 64,07 dollars après être monté jusqu'à 64,19 dollars lors des échanges électroniques."Ce rebond est dû à la nouvelle que les Iraniens pourraient ne pas libérer la militaire Faye Turney", a indiqué Tony Machacek, courtier à Bache Financial.

Ali Larijani, secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale iranien, a justifié cette décision par "l'attitude incorrecte" de Londres. Mercredi, le ministère iranien des Affaires étrangères avait annoncé la libération "d'ici un ou deux jours" de la captive."Le marché est très nerveux, comme l'a montré la forte progression des cours mercredi suite à la rumeur d'une attaque iranienne contre un navire américain", a expliqué M. Machacek.

Mardi soir, les cours ont touché un plus haut depuis septembre, à 69 dollars à Londres et 68,09 dollars à New York, et continuaient depuis d'évoluer à leur plus haut niveau depuis six mois, dopés par des rumeurs de confrontations militaires entre l'Iran et l'Occident, par la suite démenties.

"La moindre nouvelle ou rumeur qui suggère que la situation se dégrade entre l'Iran et l'Occident a un effet haussier sur les cours", a commenté le courtier.

51642551

Publicité
Publicité

Echo Connect