Le Congo replongé dans la violence, les intérêts belges visés

Des tirs d'obus de mortier et d'arme légère ont repris tôt vendredi à Kinshasa, pour la deuxième journée consécutive, opposant les Forces armées de République démocratique du Congo (FARDC) et la garde rapprochée de l'ex-vice-président Jean-Pierre Bemba. Le ministre des Affaires étrangères Karel De Gucht se dit "très préoccupé par les échanges de tirs qui ont éclaté à Kinshasa".

(afp) De fortes détonations de canons ou de mortier étaient entendues depuis 06H00 HB dans la commune de la Gombe (nord), où se situent les résidences de M. Bemba, qui s'est lui-même réfugié jeudi soir à l'ambassade d'Afrique du Sud. La Garde républicaine (GR, garde présidentielle) était massivement déployée dans les rues et des journalistes de l'AFP ont vu plusieurs camions avec des canons embarqués et des blindés se déployer depuis l'aube. Vendredi matin, une cuve contenant environ 2.500 m3 d'essence a été touchée par un obus de mortier et était en flamme, près de la base aérienne de Ndolo, dans l'est de la commune de la Gombe, a-t-on appris de source diplomatique. Un épais panache de fumée était visible à plus 10 km de ces cuves de stockage d'essence qui servent à alimenter en carburant les stations de la capitale.

A Bruxelles, un call center a été ouvert pour répondre aux questions relatives aux Belges au Congo. Le numéro de cette centrale est le 02.501.40.00 (jusqu'à nouvel ordre ouvert jour et nuit)".

Parallèlement aux affrontements entre les partisans de l'ancien vice-président Jean-Pierre Bemba et les soldats réguliers, jeudi à Kinshasa, des pillages ont eu lieu dans l'hôtel Memling. Le bureau de Brussels Airlines a aussi été l'objet d'une attaque. "Cela indique que des intérêts belges ont été visés", a souligné le ministre des Affaires étrangères Karel De Gucht

Photo belga

Publicité
Publicité

Echo Connect