Le Hezbollah n'acceptera qu'un cessez-le-feu sans conditions

Le Hezbollah n'acceptera qu'un cessez-le-feu "sans condition" avec Israël et le déploiement de l'armée libanaise dans le sud du Liban est une question exclusivement libanaise, a déclaré à l'AFP lundi un haut responsable de la formation chiite libanaise.

Un missile israelien tiré depuis le Nord du pays vers des cibles libanaises

(afp) - "Nous n'acceptons aucune condition pour un cessez-le-feu quelles que soient les pressions" sur le Hezbollah, a affirmé M. Abdallah Kassir, membre du Conseil central de la formation qui a capturé le 12 juillet deux soldats israéliens dans une attaque meurtrière à la frontière.

Le Premier ministre israélien Ehud Olmert a posé vendredi trois conditions à un cessez-le-feu au Liban où son armée a lancé une offensive d'envergure après l'opération du Hezbollah: libération des deux soldats, arrêt des tirs de roquettes et application d'une résolution de l'ONU sur le désarmement du Hezbollah.

Interrogé sur l'exigence d'Israël de voir l'armée libanaise se déployer le long de la frontière internationale, au Liban sud, M. Kassir a répondu: "la question du déploiement de l'armée ne peut être réglée que dans le cadre du dialogue interlibanais" engagé début mars.

Le ministre israélien de la Défense Amir Peretz a déclaré lundi lors d'une tournée dans le nord d'Israël qu'Israël "acceptera uniquement un déploiement de l'armée libanaise" sur la frontière internationale.

Le responsable de la formation chiite a par ailleurs assuré que les deux soldats capturés le 12 juillet étaient "dans un lieu sûr" sans vouloir préciser s'ils étaient toujours au Liban.

Il a répété que le Hezbollah les avait enlevés pour "effectuer un échange de prisonniers" et obtenir la libération des détenus libanais et autres arabes dans les prisons israéliennes.

A la question de savoir si le secrétaire général du Hezbollah, cheikh Hassan Nasrallah, pourchassé par Israël, se trouvait toujours au Liban, il a répondu que "la direction du Hezbollah et sayyed Nasrallah sont au coeur de la bataille", ajoutant: "nous ne partirons pas même si le Liban est transformé en terre brûlée".

Hassan Nasrallah s'était adressé dimanche aux Libanais sur la chaîne de télévision de son parti Al-Manar, démentant ainsi des informations de la deuxième chaîne privée de télévision israélienne selon laquelle il avait été blessé dans un raid aérien israélien à Beyrouth.

M. Kassir a affirmé que le Hezbollah était "prêt à combattre et à infliger des coups douloureux à l'ennemi".

"La Résistance islamique ne fait que commencer à dévoiler ses capacités et ses forces", a-t-il averti, appelant Israël à s'attendre à "des surprises".

La Résistance islamique, bras armé du Hezbollah, a poursuivi lundi ses tirs de roquettes sur le nord d'Israël et a revendiqué le tir de dizaines de missiles Raad 2 et Raad 3 sur Haïfa, troisième ville d'Israël, où six personnes ont été blessées.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés