Le Japon se montre hostile à une "Opep du gaz"

Le ministre japonais de l'Economie Akira Amari s'est déclaré opposé mardi à la création d'un cartel de pays producteurs de gaz évoquée notamment par l'Iran et le Venezuela.

(afp) "Si on me demande s'il serait bon d'en créer une ou non, je dirais que ce n'est pas souhaitable", a déclaré M. Amari au cours d'un point de presse à propos de cette idée d'"Opep du gaz".

Le gaz "est négocié dans chaque marché dans des circonstances de libre échange. C'est différent du pétrole", a-t-il ajouté.

L'idée d'une "Opep du gaz" a été évoquée ces dernières semaines notamment par l'Iran, membre du Forum des pays exportateurs de gaz (FPEG), une structure informelle fondée en 2001 et regroupant une quinzaine de pays.

Le FPEG compte parmi ses membres les cinq principaux producteurs (Russie, Iran, Qatar, Venezuela et Algérie), qui contrôlent 73% des réserves mondiales et 42% de la production.

Le Japon, deuxième économie mondiale, dépend de l'étranger pour pratiquement tout le pétrole et le gaz qu'il consomme.

Photo Belga

Publicité
Publicité

Echo Connect