Le pape adresse son message de Pâques à toutes les victimes du monde

Le pape a adressé un message d'espoir et de proximité spirituelle à toutes les victimes des "calamités naturelles" et des "tragédies humaines" lors de son adresse au monde à l'occasion de Pâques, avec une mention particulière au Moyen-Orient et à l'Afrique.Benoît XVI a adressé ses voeux en 62 langues à tous les peuples du monde et a prononcé sa bénédiction urbi et orbi (à la ville et au monde) devant des dizaines de milliers de fidèles massés place Saint-Pierre au Vatican et dans les rues adjacentes.

(belga) Auparavant, dans un long message en italien, Benoît XVI a appelé les chrétiens à garder la foi apportée par la résurrection du Christ malgré "la souffrance, le mal, les injustices, la mort, spécialement lorsqu'ils frappent des innocents, comme par exemple les enfants victimes de la guerre et du terrorisme, de la maladie et de la faim". "Que de blessures, que de souffrances dans le monde", s'est exclamé le pape, citant les "calamités naturelles" et les "tragédies humaines qui provoquent d'innombrables victimes". Le pape a consacré une partie de son message à la situation au Moyen-Orient, se réjouissant de "signes d'espérance dans le dialogue entre Israël et l'Autorité palestinienne". En revanche, a-t-il déploré, "rien de positif ne vient de l'Irak, ensanglanté par des massacres continuels tandis que les populations civiles s'enfuient". "Au Liban, a encore souligné le pape, la fragilisation des institutions politiques menace le rôle que le pays est appelé à jouer au Moyen-Orient et hypothèque gravement l'avenir". Benoît XVI a également cité "les difficultés que les communautés chrétiennes affrontent quotidiennement et l'exode qui s'ensuit" dans cette région du monde, "la Terre bénie qui est le berceau de (la) foi" chrétienne. "A ces populations, je renouvelle avec affection l'expression de la proximité spirituelle", a déclaré le pape. Le chef de l'Eglise catholique a aussi exprimé son inquiétude pour l'Afrique. Il a cité le Darfour et les pays voisins où "perdure une situation humanitaire catastrophique malheureusement sous-évaluée". En République démocratique du Congo (RDC), "les affrontements et les pillages des dernières semaines à Kinshasa font craindre pour l'avenir du processus démocratique et pour la reconstruction du pays", a-t-il ajouté. Le pape a également déploré "la reprise des combats" en Somalie qui provoque des déplacements de population, ainsi que "le trafic d'armes" qui sévit dans ce pays. Quant au Zimbabwe, Benoît XVI a souligné que "la prière et le souci partagé du bien commun" sont "l'unique voie de dépassement" de la "grave crise" qui secoue le pays. Benoît XVI a également accordé une mention aux victimes des récentes catastrophes naturelles à Madagascar, aux Iles Salomon et en Amérique latine, aux victimes de la faim, des maladies incurables, du terrorisme et des séquestrations de personnes, "aux mille visages de la violence parfois justifiée au nom de la religion". Il a encore évoqué le Timor oriental à la veille d'un scrutin présidentiel qui s'annonce tendu, le Sri-Lanka, l'Afghanistan "marqué par une tension et une instabilité croissantes". "L'humanité présente attend des chrétiens un témoignage renouvelé de la résurrection du Christ", a déclaré le pape à l'intention des fidèles massés place Saint-Pierre et des millions d'autres qui ont suivi la célébration à la télévision. Les télévisions de 67 pays ont retransmis la bénédiction urbi et orbi de Benoît XVI.

Publicité
Publicité

Echo Connect