Le Parlement ukrainien entérine la nomination du Premier ministre Ianoukovitch

Le parlement ukrainien a entériné vendredi la nomination du Premier ministre pro-russe Viktor Ianoukovitch, à laquelle le président pro-occidental Viktor Iouchtchenko a fini par se résoudre pour sortir de quatre mois de crise politique.

(afp) Un total de 271 députés a voté pour M. Ianoukovitch, lors de cette session retransmise à la télévision, dépassant largement la majorité requise de 226 voix sur un total de 450.

Peu après le vote, deux députés ont demandé à ce que leurs voix soient ajoutées aux "pour", expliquant que leur dispositif de vote électronique n'avait pas fonctionné. Leur requête a été acceptée, portant le total à 273.

MM. Ianoukovitch et Iouchtchenko se sont serré la main, face aux députés, après ce vote.

"Ce ne sont pas deux leaders qui se sont tenu la main (...), mais les deux parties de l'Ukraine qui se sont rapprochées", a déclaré une députée pro-russe, évoquant la querelle historique entre l'ouest du pays, plus nationaliste, et l'est, tourné vers Moscou.

"Aujourd'hui nous avons deux Viktor et une seule Ukraine", a-t-elle dit.

Le parti de l'égérie de la Révolution orange de fin 2004, Ioulia Timochenko, fort de plus de 120 députés, a boycotté la session et promis d'entrer dans une opposition radicale.

Sur les 81 députés du parti Notre Ukraine du président Viktor Iouchtchenko, seuls 30 se sont laissés convaincre de voter en faveur de M. Ianoukovitch.

De nombreux membres de cette formation ont refusé de soutenir leur ancien ennemi du temps de la Révolution orange, malgré l'appel du chef de l'Etat à "ne pas retourner dans le passé et à y chercher des problèmes".

Les parlementaires ont par ailleurs prolongé leur débats pour pouvoir nommer le reste du gouvernement vendredi. La nomination de tous les ministres doit désormais être approuvée par le Parlement, aux termes d'une réforme constitutionnelle.

Avant le vote, M. Ianoukovitch a plaidé devant les députés que sa nomination servirait à réunir le pays, dont la division entre l'est russophile et l'ouest nationaliste s'est encore approfondie lors des récentes campagnes électorales.

Sans donner d'éléments concrets sur son cabinet, il a promis que ce dernier serait "efficace, professionnel et responsable".

La candidature de M. Ianoukovitch avait été soumise à M. Iouchtchenko par la coalition parlementaire pro-russe après un échec des pro-occidentaux à s'unir suite aux législatives de 26 mars.

Après avoir menacé de dissoudre le Parlement, M. Iouchtchenko a accepté de désigner M. Ianoukovitch lors de négociations de dernière minute en échange de garanties du maintien d'une politique pro-occidentale

(photo belga)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés