Le Sénat américain adopte la réforme "santé" d'Obama

Le vote met un terme à plusieurs mois de négociations entre la majorité démocrate et la Maison Blanche, ainsi que de nombreuses discussions avec l'opposition républicaine.

(AFP) - Le Sénat américain a adopté jeudi matin le projet de loi sur la couverture maladie, l'une des mesures clé du programme de réforme du président Barack Obama visant à rendre l'assurance santé plus accessible aux Américains.

Le projet de loi de la chambre haute vise à fournir une couverture à 31 des 36 millions d'Américains qui en sont dépourvus.
Au total, avec le projet de loi du Sénat, 94% de l'ensemble des Américains de moins de 65 ans seraient couverts. Les personnes plus âgées bénéficient déjà d'une couverture fournie par l'Etat fédéral: le Medicare.

Les sénateurs ont approuvé le texte par 60 voix contre 39, soit sans aucune voix de l'opposition républicaine.

Le vote met un terme à plusieurs mois de négociations entre la majorité démocrate et la Maison Blanche, ainsi que de nombreuses discussions avec l'opposition républicaine.

Mais les débats au Congrès ne s'arrêtent pas là. Le texte devra encore être fusionné avec celui déjà voté à la Chambre des représentants le 7 novembre. Une version définitive devra ensuite être envoyée au président Obama pour promulgation.

Les chefs démocrates des deux chambres espèrent envoyer le projet de loi à la Maison Blanche avant le discours sur l'état de l'Union, qui a lieu traditionnellement durant la dernière semaine de janvier.

Les 60 sénateurs de la majorité s'étaient mis d'accord dès les petites heures de lundi sur un texte de compromis en votant sur la clôture des débats.

En début de semaine, il était encore question d'un vote jeudi soir, mais démocrates et républicains se sont mis d'accord pour éviter un vote en plein réveillon de Noël. Le projet de loi a finalement été adopté à 7h15 locales (12H15 GMT).

Signe de l'épuisement des parlementaires après des semaines de tension, le chef de la majorité démocrate, Harry Reid, a d'abord dit "non" au projet de loi pour lequel il a combattu d'arrache-pied, avant de se reprendre et de déclarer "oui", suscitant l'hilarité de ses collègues.

La réforme, sur laquelle plusieurs générations d'hommes politiques depuis le président Theodore Roosevelt (1901-1909) ont planché sans pouvoir la concrétiser, devrait marquer la présidence de Barack Obama.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés