Les eurodéputés votent pour diminuer la facture de GSM

Les eurodéputés veulent plafonner à 40 centimes d'euro (hors taxes) la minute les appels passés de l'étranger, contre 44 centimes proposés par la Commission, et à 15 centimes les appels reçus

(afp) Une commission du Parlement européen a voté jeudi des mesures encore plus drastiques que celles proposées par la Commission européenne, afin de réduire le prix des appels passés à l'étranger d'un téléphone portable.

Forte d'une cinquantaine de députés sur les 785 que compte le Parlement, la commission de l'Industrie s'est prononcée sur le règlement proposé il y a un an par Bruxelles pour réduire de 70% les tarifs d'itinérance, ou "roaming", prélevés par les opérateurs lors d'appels mobiles à l'étranger.

Etonnamment, la commission de l'Industrie s'est montrée beaucoup plus ambitieuse que celle de la Protection des consommateurs, qui il y a trois semaines avait lourdement déçu les usagers en votant, à une très courte majorité, en faveur d'un texte beaucoup plus favorable aux opérateurs.

La commission de l'Industrie ayant la main sur le dossier, le vote de jeudi donne une indication sur le vote en plénière, qui aura lieu le 10 mai, même si des surprises ne sont pas à exclure.

A une très large majorité (45 pour, 3 contre et une abstention), les eurodéputés ont proposé jeudi de plafonner à 40 centimes d'euro (hors taxes) la minute les appels passés de l'étranger, contre 44 centimes proposés par la Commission, et à 15 centimes les appels reçus (comme la Commission).

Autre point important du vote jeudi: les eurodéputés souhaitent que tous les clients se voient automatiquement appliqués ces tarifs plafonnés. Les opérateurs quant à eux demandaient que les anciens clients aient à les réclamer pour en bénéficier.

La commission parlementaire réclame également qu'un SMS soit automatiquement envoyé aux usagers lorsqu'ils passent une frontière, afin de les informer sur les tarifs de roaming dans ce pays.

Enfin, les eurodéputés prévoient que le règlement s'applique durant trois ans, espérant que d'ici là, les opérateurs se seront disciplinés et qu'aucune mesure contraignante ne sera plus nécessaire.

Tout comme la Commission européenne, le rapporteur du texte, le conservateur autrichien Paul Rübig, a estimé "possible" que le texte entre en vigueur avant les prochaines vacances d'été.

Photo Belga

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect