Les Irakiens en nombre aux urnes malgré les attentats sanglants

©AFP

Les Irakiens se sont rendus en nombre aux urnes malgré les attentats sanglants. Plusieurs personnes ont trouvé la mort dans divers attentats commis lors des élections irakiennes. Ces attentats ont également fait des dizaines de blessés.

(afp) - Les Irakiens ont voté dimanche en grand nombre en dépit des obus et bombes qui ont fait 38 morts et 110 blessés lors d'un scrutin législatif crucial entouré d'impressionnantes mesures de sécurité.

Selon les premières estimations données par les responsables locaux, les regions sunnites qui avaient boycotté le scrutin en 2005 semblent avoir davantage voté que les provinces chiites.

Ainsi 90% des électeurs se sont rendus aux urnes dans la province de Diyala, 82% dans la ville de Samarra et 60% dans le gouvernorat de Ninive alors que dans des provinces chiites comme Diwaniya, Najaf et Nassiriya, le taux de participation se situe entre 55% et 60%.

Les bureaux de vote ont fermé à 15H00 (heure belge) et les opérations de dépouillement ont immédiatement débuté.

  • Dès l'ouverture du scrutin,  les tirs d'obus de mortier et de roquettes katioucha ont secoué la capitale, survolée par des hélicoptères. Au moins soixante-dix projectiles sont tombés principalement sur les quartiers sunnites.
  • Trente huit personnes ont été tuées par ces tirs, dont 25 dans l'effondrement d'un immeuble touché par une roquette à Our, dans le nord de Bagdad, selon le ministère de l'Intérieur. Huit autres ont été tuées dans des attentats à la bombe dans la capitale et ses environs.
  • Le nombre de blessés s'élève à 110 personnes dans tout le pays, dont 13 par des tirs d'obus contre un bureau de vote à Iskandariya, à 50 km au sud de Bagdad.

Les explosions ont fait trembler les murs des immeubles mais pas les Irakiens habitués depuis sept ans aux bombes et obus.

Ce scrutin est jugé crucial pour la stabilité du pays à six mois du départ des troupes américaines de combat et à moins de deux ans du retrait total.

A Bassora, la grande ville à majorité chiite du sud, Ihlem Kazem Ali, 22 ans, faisait part d'un sentiment largement partagé par les Irakiens. "J'ai voté pour la liste du Premier ministre (Nouri al-Maliki) car il a réussi à nous ramener la sécurité dans l'ensemble de l'Irak", a-t-elle dit.
Elle faisait référence à la baisse des violences entre sunnites et chiites, qui ont fait des dizaines de milliers de morts pendant quatre ans.

M. Maliki, qui a déposé son bulletin dans un hôtel de la "Zone verte", a minimisé les violences. "Ces attaques ne sont que du bruit pour impressionner les électeurs mais les Irakiens sont un peuple qui aime relever les défis", a-t-il dit.

Plusieurs centaines de milliers de militaires et policiers protègent les 46.000 bureaux de vote.
Environ 19 millions d'électeurs doivent désigner les 325 députés pour un mandat de quatre ans durant lequel 96.000 soldats américains quitteront définitivement l'Irak.

 

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés