Les PIB européens 2009, pays par pays

Les instituts européens de statistiques communiquent aujourd'hui des estimations de PIB natinaux. L'année 2009 est marquée par une forte baisse. Mais souvent le 4e trimestre marque un ralentissement de la récession.

Bruxelles (L'Echo/AFP) Les résultats des PIB européens sont tombés les uns après les autres avant le chiffre global de la zone euro. L'Allemagne et la France enregistrent tous deux le pire PIB annuel de leur histoire depuis l'après-guerre.

  • L'Allemagne a accusé en 2009 la pire récession depuis l'après guerre avec une contraction de 5% de PIB comparé à 2008. Le PIBt allemand a stagné au 4e trimestre comparé au précédent. Ceci marque un coup d'arrêt à la reprise de la première économie européenne, selon un chiffre provisoire diffusé vendredi par l'Office des statistiques Destatis. Le PIB avait progressé de 0,7% au troisième trimestre, de 0,4% au second et s'était contracté de 3,5% au premier.  La stagnation du dernier trimestre est essentiellement liée à un recul des investissements et de la consommation privée, estime Destatis. Les exportations ont en revanche de nouveau progressé.
  • Le PIB français baisse sur l'ensemble de l'année 2009 de 2,2%, soit la pire baisse de son histoire d'après-guerre.  Par contre, au quatrième trimestre le PIB a connu une hausse plus importante que prévue de 0,6% . "Ca veut dire deux fois mieux qu'au printemps, trois fois mieux qu'à l'automne", s'est félicitée la ministre française de l'Economie, Christine Lagarde. La croissance du troisième trimestre a été revue en baisse à +0,2% contre +0,3% publié précédemment.
  • L'Italie a enregistré une chute de 4,9% de son PIB sur l'ensemble de 2009. L'Italie avait retrouvé une croissance au troisième trimestre, mais elle enregistré un nouveau repli de son PIB de 0,2% au quatrième trimestre, selon une première estimation publiée vendredi par l'Istat.
  • Le PIB des Pays-Bas recule de 4%. Soit un recul sans précédent selon une première estimation de l'Office central des statistiques présentée vendredi.  Au quatrième trimestre, le PIB néerlandais s'est contracté de 2,2%  par rapport à la même période un an plus tôt mais a progressé de 0,3% par rapport au troisième trimestre 2009. Les Pays-Bas avaient annoncé être sortis de la récession au troisième trimestre, avec une progression de 0,4% du PIB par rapport à la période précédente, après quatre trimestres consécutifs de recul..
  • Le Produit intérieur brut (PIB) de l'Autriche a reculé de 3,6% pour l'ensemble de l'année 2009 comparé à 2008. AU quatrième trimestre le PIB enregistre comme d'autres pays européens une légère hausse de 0,4% au quatrième trimestre, selon les chiffres provisoires publiés vendredi par l'institut WIFO. "Avec une croissance du PIB de 0,4% au 4e trimestre par rapport au trimestre précédent (+0,5%) l'économie autrichienne a un peu ralenti le rythme" a constaté l'institut de référence du gouvernement autrichien dans son communiqué.
  • La croissance de la Grèce était aussi attendue.  Le gouvernement grec compte sur un recul du PIB de 1,2% en 2009.La Grèce est entrée en récession au deuxième trimestre 2009. Le PIB de la Grèce s'est contracté de 0,8% au 4e trimestre 2009 par rapport au trimestre précédent. Entre le 2e et le 3 etrimestre, le PIB s'était déjà contracté de 0,4%, selon les estimations du service national des statistiques (Esye) publiées vendredi.
    Selon le plan de redressement déposé en janvier à l'Union européenne  la Grèce estime une croissance négative de 0,3% en 2010 avant une reprise en 2011 de 1,5%.
  • Le PIB portugais a enregistré une croissance nulle au quatrième trimestre de 2009, reculant de 2,7% sur l'ensemble de l'année, selon une première estimation publiée vendredi par l'Institut national des statistiques (Ine). Le résultat, qui confirme les estimations de la Banque du Portugal (BdP), est nettement supérieur à la moyenne enregistrée dans la zone euro où, selon Eurostat, le PIB a reculé de 4% en 2009. Toutefois, le quatrième trimestre n'a pas confirmé la récupération enregistrée lors des deux trimestres précédents (+0,6%). Pour 2010, la reprise de l'économie se fera grâce notamment à une hausse de la consommation et des exportations, selon la Bdp.
  • La Hongrie a enregistré un recul de 6,2% pour 2009, selon les chiffres provisoires publiés vendredi par le bureau central des statistiques KSH à Budapest. Les estimations officielles tablaient sur un recul plus important, de 6,7% en 2009. Pour le quatrième trimestre, la Hongrie enregistre 4,1% de son Produit intérieur brut (PIB).  C'est une contraction limitée à 0,4% par rapport au troisième trimestre. Ceci témoigne d'une lente sortie de la crise.Pour 2010, le gouvernement hongrois table sur un recul du PIB de 0,3%.
  • L'économie slovaque a confirmé sa reprise en affichant une hausse de 2,0% de son PIB au 4e trimestre comparé au 3e , selon une première estimation publiée vendredi par l'office des statistiques (SUSR). Entre les 2e et 3e trimestre, le PIB de ce pays avait progressé de 1,6%. ur l'ensemble de 2009, le PIB slovaque a reculé de 4,7% comparé à 2008, soit la première baisse depuis l'indépendance du pays en 1993. La Slovaquie, dont l'économie repose largement sur la production automobile et électronique, a été durement frappée par la crise.
  • Le PIB de la République tchèque a reculé de 0,6% au quatrième trimestre 2009 comparé au troisième, après deux légères hausses trimestrielles qui ont sorti le pays de la récession, selon une première estimation publiée vendredi par l'office des statistiques (CSU).
    Pour l'ensemble de l'année 2009, le PIB de la République tchèque a reculé de 4,3%, selon le résultat provisoire du CSU. "Ce piteux résultat pour le quatrième trimestre nous montre que la relance de l'économie sera plus lente et aussi plus vulnérable", a commenté Petr Dufek, analyste de la première banque tchèque.
  • La Bulgarie a enregistré un recul de son PIB de 5,1% en 2009 par rapport à 2008, selon les données provisoires publiées vendredi par l'institut bulgare des statistiques. Le PIB bulgare a reculé de 6,2% au quatrième trimestre 2009 en glissement annuel, après un recul de 5,8% au troisième trimestre et de 4,9% au deuxième trimestre. L'institut ne fournit pas de chiffre de l'évolution du PIB par rapport au trimestre précédent. La baisse du PIB 2009 est due principalement à une réduction de 8,1% de la valeur ajoutée dans le secteur de l'industrie par rapport à 2008, ainsi qu'à une baisse dans l'agriculture et les services.



 

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés