Les Polonais pleurent leur président

Lech Kaczynski

La Pologne sera en deuil pendant une semaine, après la mort du président Kaczynski ainsi que de plusieurs autres hauts responsables du pays dans un accident d'avion. Des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées samedi soir dans le quartier du Palais présidentiel à Varsovie, posant des bougies sur le sol et chantant en hommage aux victimes de l'accident.

(afp) - Le président polonais Lech Kaczynski ainsi que plusieurs autres hauts responsables du pays ont été tués samedi dans un accident d'avion près de Smolensk, dans l'ouest de la Russie, qui a fait au total 97 morts selon Moscou, 96 selon Varsovie. Il n'y a eu aucun survivant.

Le Premier ministre russe Vladimir Poutine, son homologue polonais Donald Tusk et Jaroslaw Kaczynski, frère jumeau du chef de l'Etat défunt, se sont rendus dans la soirée sur les lieux du drame.

Les deux chefs de gouvernement, qui parlaient en russe, se sont donné l'accolade et ont rejoint les sauveteurs toujours à l'oeuvre sur le site, où un périmètre de sécurité a été établi et où des pompiers et des secouristes sont arrivés en nombre.

D'après les autorités russes, le Tupolev-154 transportait 97 personnes dont M. Kaczynski et son épouse, le président de la banque centrale polonaise, Slawomir Skrzypek, le chef d'état-major des forces armées, Franciszek Gagor, et d'autres responsables polonais. D'après Varsovie, 96 personnes étaient à bord.

La délégation polonaise se rendait à Katyn, près de Smolensk, pour se recueillir sur les tombes de 22.000 officiers polonais exécutés il y a 70 ans, en avril 1940, par la police de Staline.

Erreur de pilotage


Les pilotes de l'avion polonais ont été mis en cause par les autorités russes, le commandant adjoint de l'état-major de l'armée de l'air russe, Alexandre Aliochine, affirmant qu'ils avaient ignoré les instructions des aiguilleurs du ciel russes. En s'approchant de la piste d'atterrissage, "l'avion a accroché des arbres, est tombé et s'est désintégré", a expliqué le gouverneur de la région de Smolensk. Selon l'agence Interfax, les autorités russes ont proposé à l'équipage polonais d'atterrir à Minsk ou à Moscou en raison du brouillard, mais le pilote a décliné l'offre et tenté d'atterrir plusieurs fois près de Smolensk.

Le Parquet russe chargé du dossier a annoncé l'ouverture d'une enquête sur de "possibles violations des règles de sécurité aériennes ayant entraîné la mort" de nombreuses personnes. Selon le chef des enquêteurs, Alexandre Bastrykine, plus de quarante experts russes ont été dépêchés sur les lieux de la catastrophe.

Tous les corps des victimes ont été retrouvés, ainsi que les deux boîtes noires de l'avion, a annoncé le ministre russe des Situations d'urgence, Sergueï Choïgou. Les dépouilles des victimes ont été transportées à Moscou où leurs familles étaient attendues d'un moment à l'autre. Le maire-adjoint de Moscou, Piotr Biryukov, a affirmé que les autorités russes allaient leur fournir toute l'aide nécessaire au niveau de l'hébergement, de la nourriture et du soutien médical.

Une semaine de deuil national


Dans le même temps, des dizaines de milliers de personnes se sont  rassemblées samedi soir dans le quartier du Palais présidentiel à Varsovie, posant des bougies sur le sol et chantant en hommage aux victimes de l'accident.

La Pologne sera en deuil pendant une semaine, a annoncé le président de la Diète (chambre basse du Parlement polonais) Bronislaw Komorowski, chef de l'Etat par intérim.

Cette catastrophe aérienne a suscité une vive émotion et une cascade de réactions dans le monde entier.

Lundi a été décrété jour de deuil en Russie, l'Union européenne a prévu une journée de deuil le même jour à Bruxelles et le gouvernement brésilien a décrété trois jours de deuil officiel.


 

 

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés