Les USA offrent à la Russie de coopérer à la défense antimissile

Les Etats-Unis vont proposer à la Russie de coopérer largement dans le secteur de la défense antimissile, selon une "déclaration" de la délégation américaine à l'Otan reçue vendredi.Cette coopération "bilatérale", qui sera discutée lors de la prochaine réunion du Conseil Otan-Russie le 19 avril à Bruxelles, "pourrait inclure le partage de technologie et la mise au point de systèmes antimissiles compatibles".

(afp) Cette déclaration intervient dans la foulée du premier entretien téléphonique qu'ont eu mercredi sur ce sujet controversé les présidents américain et russe, George Bush et Vladimir Poutine.Moscou s'est élevé avec force depuis des mois contre le projet américain d'installer des éléments du bouclier antimissile américain en Pologne et en République tchèque, dans une zone considérée par la Russie comme vitale pour sa sécurité.

Jeudi, le diplomate en chef de l'Union européenne Javier Solana a annoncé que les 27 pays membres, dont une majorité appartiennent aussi à l'Otan, allaient se saisir de ce dossier, "l'intérêt général" de l'Union étant mis en cause dans ce dossier.Dans ce contexte de tension russo-américaine et d'inquiétude des alliés européens, l'ambassadrice affirme que "les Etats-Unis sont satisfaits d'avoir l'occasion de discuter de la question de la défense antimissile lors du Conseil Otan-Russie"."Les Etats-Unis, ajoute-t-elle, envisagent aussi de plus amples discussions avec la Fédération de Russie sur une coopération bilatérale et une activité conjointe dans ce secteur important, y compris dans le partage potentiel de technologie et le développement de systèmes compatibles".

"Le partenariat avec la Russie pourrait aussi porter sur la recherche sur les systèmes de défense antimissile et leur développement, le partage des données en matière de première alerte, et des exercices communs à nos forces" armées, poursuit la déclaration.

Selon la Maison Blanche, M. Bush a expliqué mercredi à M. Poutine que le projet américain visait à parer de nouvelles menaces venues du Moyen-Orient, dans une allusion claire à l'Iran.De son côté, le Kremlin avait exprimé sa "satisfaction" que face à l'"inquiétude" de M. Poutine", le président américain ait exprimé "la volonté des Etats-Unis de discuter de cette question dans le détail et de coopérer avec la partie russe dans l'intérêt de la sécurité commune".

Photo Belga

Publicité
Publicité

Echo Connect