Les ventes de détail et le chômage plombent les USA

Les chiffres américains des ventes de détail et des inscriptions au chômage sont pires que prévus.

(AFP) - Les ventes de détail aux Etats-Unis ont baissé contre toute attente en décembre, selon les chiffres officiels publiés jeudi à Washington. Cette mauvaise performance masque cependant une révision en forte hausse de leur progression des deux mois précédents. Parallèlement, le nombre d'inscriptions au chômage a affiché une hausse plus forte que prévu lors de la semaine achevée le 9 janvier, selon des chiffres publiés jeudi par le département du Travail.

Ventes de détail

Les ventes des détaillants et des restaurants ont reculé 0,3% par rapport à novembre (en données corrigées des variations saisonnières), indique le département du Commerce, alors que les analystes les attendaient en hausse de 0,5%, selon leur consensus médian.

Mais le ministère a revu en hausse de 0,5 point, à 1,8%, la progression du mois de novembre, et de 0,1 point, à 1,2%, celle d'octobre.
Sur l'ensemble du dernier trimestre, les ventes de détail ont augmenté de 1,7% par rapport aux trois mois d'été, ce qui présage une contribution positive de la consommation des ménages à la croissance du PIB d'automne, dont le ministère doit publier une première estimation le 29 janvier.

Sur l'ensemble de 2009, néanmoins, les ventes de détail ont reculé de 6,2% par rapport à l'année précédente, après un recul de 0,5% en 2008. La baisse de 2009 est la plus forte baisse annuelle recensée depuis la première publication de cette statistique sous sa forme actuelle, en 1992.
L'année se finit néanmoins mieux qu'elle a commencé, avec une hausse des ventes de détail de 5,4% en glissement annuel en décembre.

Chômage

En données corrigées des variations saisonnières, ces demandes hebdomadaires d'allocation chômage ont monté pour la deuxième semaine consécutive, à 444.000 contre 433.000 (chiffre révisé) la semaine précédente.
Les analystes tablaient en moyenne sur 436.000 demandes.

Lors de la présentation de ces chiffres, le département du Travail a expliqué cette hausse par des "licenciements saisonniers" plus élevés que prévu de salariés embauchés pour la période de fin d'année. Il a ajouté qu'elle ne remettait pas en cause la tendance à la décrue des inscriptions au chômage.

Depuis début septembre, la moyenne mobile sur quatre semaines des nouvelles inscriptions, un chiffre qui lisse cette tendance, a en effet baissé chaque semaine pour tomber au plus bas depuis août 2008. Et le nombre d'Américains touchant des allocations chômage a également reculé toutes les semaines, sauf une fois.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés