Macédoine: législatives cruciales pour l'avenir du pays dans l'UE

Les Macédoniens ont commencé à voter mercredi lors de législatives considérées comme un test de maturité démocratique en vue de la future intégration du pays à l'Union européenne (UE).

(afp) Les bureaux de vote ont ouvert à 07H00 (05H00 gmt) et devaient fermer à 19H00 (17H00 GMT).

Quelque 1,7 million d'électeurs sont appelés à choisir parmi 2.700 candidats leurs 120 députés, à l'occasion de ces quatrièmes législatives depuis l'indépendance de la Macédoine en 1991.

Les scrutins dans cette ancienne république yougoslave ont souvent été marqués par des irrégularités et la communauté internationale a averti que leur répétition pourrait avoir des conséquences négatives sur l'intégration de la Macédoine aux institutions euro-atlantiques.

Skopje a obtenu l'année dernière le statut officiel de candidat à l'adhésion à l'UE.

Alors que la campagne électorale a été émaillée de nombreux incidents violents, le scrutin de mercredi doit être surveillé par quelque 7.000 observateurs dont 500 étrangers.

A la veille du vote, le président macédonien Branko Crvenkovski a mis les partis politiques devant leurs responsabilités les appelant à faire tout leur possible pour que ces législatives soient "honnêtes et libres".

"La Macédoine doit montrer qu'elle a des capacités et potentiels démocratiques pour continuer son intégration à l'Union européenne et l'Otan", a-t-il dit dans un message à la nation.

En 2001 la guerre civile avait été évitée de justesse en Macédoine grâce aux accord d'Ohrid qui, impulsés par la communauté internationale, avaient mis fin à sept mois de conflits entre les forces macédoniennes et les rebelles albanais.

A la tête d'un gouvernement de coalition, le Premier ministre de centre-droit Vlado Buckovski, leader de l'Union social-démocrate (SDSM), espère obtenir un nouveau mandat.

Mais ses mauvais résultats dans le domaine économique ont déçu les électeurs et son parti est devancé dans les sondages par la principale formation d'opposition, VMRO-DPME, de tendance nationaliste, de l'ancien ministre des Finances Nikola Gruevski.

(photo: Belga)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés