Mobilisation pour Haïti, victime d'un séisme

La communauté internationale se mobilisait mercredi pour porter secours à Haïti, frappé la veille par un énorme séisme: de l'aide était acheminée à Port-au-Prince des Etats-Unis, du Canada, d'Europe et des pays de la région tandis que des fonds étaient débloqués.

(afp, reuters) - Cette catastrophe, qui risque d'avoir fait des centaines de morts, "nécessite une opération d'aide internationale massive", a indiqué à l'AFP un porte-parole de la Fédération de la Croix-Rouge (FICR), qui prépare son intervention en concertation avec le CICR.  La FICR a annoncé que "des fonds d'urgence" avaient été débloqués. "Un premier appel de fonds devrait être lancé dans la journée de mercredi". Côté ONU, la porte-parole du Bureau de coordination des affaires humanitaires (OCHA), Stephanie Bunker, a indiqué préparer une mobilisation majeure des secours à destination d'Haïti, le pays le plus pauvre des Amériques.
Le Programme alimentaire mondial (PAM), qui dispose de plus de 200 personnes en Haïti, a annoncé dépêcher sur place deux avions d'aide alimentaire d'urgence. Dans un pays démuni où aucune infrastructure ne fonctionne après ce séisme de magnitude 7, nourriture, secours, médicaments et eau sont d'une "importance vitale", a relevé le PAM.

Aide d'urgence, appel aux dons

L'Union européenne a activé son système de gestion de crise. La Commission européenne a annoncé mercredi avoir débloqué trois millions d'euros pour une aide d'urgence en faveur de Haïti, touché par un séisme meurtrier, et envisage de l'accroître à l'avenir. Une proposition d'aide d'urgence à Haïti est également sur la table du gouvernement belge, ont confirmé mercredi les Affaires étrangères. Un Airbus de la Défense, emportant une soixantaine de membres d'une équipe de recherche de victimes, une installation de purification d'eau et un hôpital de campagne, pourrait déjà décoller dès mercredi soir, voire dans la nuit de mercredi à jeudi.

Le Premier ministre Yves Leterme a exprimé son "entière solidarité" avec le peuple d'Haïti, "une fois de plus durement touché". voquant aussi les familles du personnel des Nations unies et des organisations humanitaires qui ont des proches sur place, M. Leterme a transmis un message de condoléances au président et au gouvernement haïtiens ainsi qu'au secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon. "Le gouvernement belge mobilise en ce moment-même tous les moyens d'aide d'urgence, en matière de recherche des victimes et de moyens logistiques et financiers", assure le Premier ministre. 

Unicef Belgique a lancé un appel aux dons. Les dons en faveur des enfants peuvent être versés sur le compte 000-0000055-55 d'Unicef Belgique, avec la mention "SOS Haïti" ou en ligne sur le site www.unicef.be. Une évaluation complète de la situation est en cours, précise l'organisation onusienne qui souligne dans un communiqué que les besoins les plus urgents concernent l'aide médicale, l'eau potable, l'hygiène et la protection des enfants. édecins Sans Frontières, dont les installations ont également été fortement endommagées par le séisme, prévoit le déploiement d'équipes supplémentaires dans les prochains jours pour renforcer celles déjà présentes sur le terrain et pour évaluer les besoins liés à ce tremblement de terre, précise l'ONG dans un communiqué.

Port-au-Prince dévasté

Haïti s'attendait à découvrir mercredi matin un bilan effroyable après le tremblement de terre qui a dévasté Port-au-Prince, les sauveteurs étant mis au défi de se porter au secours de milliers de victimes malgré l'état rudimentaire des infrastructures. Traumatisés par la longue secousse de magnitude 7 qui s'est produite mardi à 16H53 locales (21H53 GMT), à seulement quelque 15 km à l'ouest de la capitale surpeuplée, beaucoup d'Haïtiens ont passé la nuit dehors, attendant que le jour se lève pour commencer à faire le décompte des morts et des dégâts. "Les morts seront comptés par centaines lorsqu'il sera possible de dresser un bilan", a averti un médecin, lui-même blessé. La secousse a été suivie d'une trentaine de répliques très violentes, allant jusqu'à une magnitude de 5,9. Haïti n'avait pas connu une secousse d'une telle violence depuis au moins un siècle, a indiqué l'Institut américain de géophysique (USGS), qui a évalué à 7 la "magnitude du moment" (Mw) du principal choc.

Aucun bilan n'était avancé par les autorités. Le courant était coupé et les communications presque entièrement interrompues.
Malgré le chaos régnant dans la capitale, Médecins sans frontières (MSF) a accueilli 600 blessés dans ses centres de soins et devait envoyer dans la soirée un hôpital gonflable d'une capacité de 100 lits. Frank Williams, de l'organisation humanitaire World Vision, a expliqué que de nombreuses artères étaient bloquées par des bâtiments effondrés. "Il y a des secours prépositionnés dans différents endroits du pays, mais le défi va consister à les acheminer à ceux qui en ont besoin", a-t-il observé.

Le président vivant

Au milieu des corps sans vie ou blessés, de nombreux édifices publics se sont effondrés dans la capitale du pays le plus pauvre des Amériques. Le Palais national, l'élégant siège de la présidence, s'est affaissé, ainsi que de nombreux ministères, le parlement et des églises. Le président René Préval et son épouse ont survécu. M. Préval a téléphoné à l'ambassadeur de France, a rapporté à Paris le ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner.

Le quartier général de la Mission de stabilisation de l'ONU en Haïti (Minustah), qui compte environ 11.000 personnes, s'est aussi effondré. Le patron de la Minustah, le Tunisien Hedi Annabi serait mort ainsi que "tous ceux autour de lui", a déclaré M. Kouchner.

La secousse a très fortement perturbé les communications dans un pays aux infrastructures déjà très rudimentaires, rendant quasiment impossible l'acheminement de blessés dans les centres hospitaliers encore debout. Des pillards ont en revanche été vus à l'oeuvre dans un supermarché.

Selon un journaliste de l'AFP sur place, la secousse, très violente, a duré plus d'une minute, allant jusqu'à faire sauter les véhicules en pleine rue et soulevant un rideau de poussière sur la ville de quelque deux millions d'habitants. De nombreux établissements scolaires et universitaires ont été détruits. L'ambassadeur d'Haïti aux Etats-Unis a estimé qu'il s'agissait d'une "catastrophe majeure" pour le pays.

Haïti a déjà été frappé en 2008 par une série d'ouragans qui ont fait plus de 800 morts et environ un million de sinistrés. Quelque 100.000 maisons avaient été endommagées. Le pays caribéen a une population d'environ 9 millions d'habitants. Quelque 80% des Haïtiens vivent avec moins de deux dollars par jour.

L'ancien président haïtien Jean-Bertrand Aristide, qui vit en exil en Afrique du Sud depuis 2004, a transmis mercredi ses condoléances à ses compatriotes frappés par un puissant séisme, évoquant une "tragédie qui défie l'entendement".

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés