Nuit plus calme à Copenhague après deux jours d'émeute

La nuit a été beaucoup plus calme à Copenhague après deux jours d'émeutes à la suite de l'évacuation forcée d'une maison de jeunes, la police, déployée en nombre, ayant dispersé plusieurs manifestations sans incidents.

(belga) La police danoise était massivement présente dans les rues des quartiers de Noerrebro et de Christianshavn, théâtre des affrontements des jours et nuits précédentes.

Elle a dispersé immédiatement samedi vers minuit, sans incidents, une manifestation de quelques centaines de jeunes près du hall de Noerrebro, à Noerrebro, a constaté l'AFP.

Les forces de l'ordre ont dispersé également tard dans la nuit un attroupement d'individus à Christianshavn, qui érigeaient une barricade près de Christiania, une enclave de marginaux de la capitale danoise.

"Nous avons arrêté samedi jusqu'à dimanche 196 personnes pour divers délits", a déclaré à l'AFP Lars Borg, un porte-parole de la police de Copenhague.

"Nous pouvons dire que la nuit a été beaucoup plus calme, émaillée de très peu d'incidents qui se sont résumés à des poubelles incendiées, de gros pétards et une seule voiture brûlée", a-t-il ajouté.

"La situation s'est nettement améliorée, mais nous ne relâchons pas notre vigilance", a-t-il ajouté.

La police a interpellé au total environ 700 personnes, dont plus de 100 étrangers de plusieurs pays européens, notamment d'Allemagne et de pays scandinaves depuis le début des incidents.

Elle a refoulé également nombre d'Allemands aux frontières sévèrement contrôlées ainsi que des Suédois arrivés samedi à la gare de Copenhague.

174 personnes ont été placées en détention préventive à ce jour, dont un grand nombre de mineurs jetés en prison avec des adultes criminels, suscitant l'indignation de parents et d'associations de citoyens.

Ceux-ci sont choqués de voir les autorités danoises fouler au pied les conventions internationales qui interdisent de mettre les enfants dans les prisons pour adultes.

Samedi, une manifestation de soutien avec les jeunes a été organisée à Copenhague, réunissant quelque 2.000 personnes. "Nous voulons montrer notre solidarité avec ces jeunes qu'on traite comme des terroristes" a déclaré Lars Sommerfelt, un septuagénaire membre d'un groupe de citoyens de Noerrebro favorable à "Ungdomshuset", la maison de jeunes évacuée.

"C'est scandaleux et honteux que dans un Etat de droit on envoie un corps d'élite antiterroriste pour déloger des enfants comme s'ils étaient des terroristes", avait-il estimé.

A l'origine de la crise, "Ungdomshuset", une maison de quatre étages mise à la disposition des jeunes depuis 25 ans par la mairie de Copenhague qui l'a néanmoins vendue en 2001. Ses nouveaux propriétaires, une communauté religieuse, avaient obtenu en août 2006 une ordonnance d'expulsion de ses occupants. Ungdomshuset était devenue un temple de la culture alternative au Danemark et un des symboles de la culture "underground" en Europe.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés