Obama snobe l'Europe

La décision de Barack Obama de reporter un sommet prévu entre l'UE et les Etats-Unis au printemps constitue une rebuffade de plus pour des Européens qui ont le sentiment d'être de plus en plus maltraités par Washington, face à l'Asie, dans la nouvelle donne mondiale. La Maison Blanche a annoncé lundi que le président américain n'avait pas l'intention de se rendre à un sommet bilatéral programmé les 24 et 25 mai à Madrid. Ces sommets se tiennent, sauf exception, une fois par an et au plus haut niveau. Du coup, il est "probable" qu'il soit purement et simplement reporté au deuxième semestre, selon une source proche du gouvernement espagnol.

(AFP) - Officiellement, il n'est question que de problèmes de calendrier... Mais le résultat de la non-participation d'Obama au sommet bilatéral UE-USA est un camouflet pour le chef du gouvernement espagnol José Luis Rodriguez Zapatero qui en avait fait une priorité de sa présidence semestrielle de l'UE.

Il en constitue un plus largement pour toute l'Europe, à un moment où ses dirigeants s'inquiètent d'un début de marginalisation de la relation transatlantique par rapport à celle que veulent forger les Etats-Unis avec toute la zone Asie-pacifique. Et alors que Barack Obama se recentre sur ses priorités intérieures.

L'absence du président américain à Berlin en novembre dernier, aux commémorations des 20 ans de la chute du Mur, n'était déjà pas passée inaperçue dans l'UE. Pas plus que son peu d'intérêt apparent pour le précédent sommet UE/Etats-Unis le même mois à Washington: Obama n'y était resté qu'une heure et demie avant de s'excuser.

L'UE est aussi sortie traumatisée de la conférence sur le climat de Copenhague en décembre, où le président américain a préféré négocier directement avec la Chine et l'Inde un accord a minima.

"L'administration Obama s'est fixée comme objectif de sceller une relation plus étroite avec la Chine, suscitant des craintes en Europe de voir ce G-2 réduire davantage son influence dans le monde", estime le Center for European Reform dans une récente étude.

"Son monde n'est pas l'Europe, il ne l'a jamais été", dit du président américan José Ignacio Torreblanca (European Council for Foreign Relations).

Barack Obama a manifestement du mal à s'y retrouver face à la multitude de représentants de l'Union européenne à chaque rencontre. Il l'avait laissé transparaître lors d'un sommet UE-USA à Prague en avril 2009, et les nouvelles institutions du traité de Lisbonne ne risquent pas de simplifier la situation.

L'UE se retrouve en effet avec un président permanent, Herman Van Rompuy, la présidence tournante changeant tous les six mois, sa chef de la diplomatie, Catherine Ashton et le président de la Commission européenne.

Un peu plus d'un an après l'obamania qui avait déferlé sur une Europe soulagée du départ de George W. Bush et séduite par l'avènement d'un partisan d'une diplomatie multilatérale, les tensions sont palpables.

Les Etats-Unis sont déçus du peu d'engouement des pays européens pour envoyer des troupes supplémentaires en Afghanistan ou accueillir des détenus de Guantanamo.

En Europe, les pays de l'Est proches de la Russie ont été échaudés par l'abandon du projet initial de bouclier antimissile, qu'ils ont perçu comme une volonté de faire du rapprochement entre Washington et Moscou un priorité à leurs dépens. L'UE dans son ensemble assiste à un changement d'ère.

"Pendant 50 ou 60 ans, l'Europe était la priorité des priorités des Etats-Unis. Aujourd'hui les relations euro-américaines sont importantes, mais pour la résolution des problèmes mondiaux l'alliance occidentale est insuffisante et pas décisive", relève Alvaro de Vasconcelos (European Union Institute for Security Studies).

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés