OMC : l'UE "ne doit pas rester en arrière" des accords bilatéraux

L'Union européenne "ne doit pas rester en arrière" des accords bilatéraux si l'Organisation mondiale du commerce ne trouve pas d'accord, estime la ministre française déléguée au Commerce extérieur Christine Lagarde, dans un entretien aux Echos daté de lundi.

(afp) "Le multilatéralisme est préférable pour tout le monde. Mais si nous n'arrivons pas à trouver la voie d'un bon accord multilatéral et, dans la mesure où d'autres acteurs sont en train de mettre en place un plan B en négociant de tels accords, l'Union européenne ne doit pas rester en arrière", déclare la ministre, interrogée sur la stratégie de l'UE en matière d'accords bilatéraux.

Mme Lagarde a critiqué par ailleurs, sur la radio BFM, la méthode du directeur de l'OMC, Pascal Lamy, qui, selon elle, "ne semble pas particulièrement porter ses fruits aujourd'hui".

L'idée de "cogner les têtes les unes contre les autres", comme l'a affirmé M. Lamy, n'est pas "la bonne approche", a estimé Mme Lagarde. "Mettre les négociateurs sous pression de cette façon-là ne sera sans doute pas la meilleure solution".

Après que l'OMC ait dû se résoudre ce week-end à une prolongation des négociations, Mme Lagarde affirme, dans Les Echos, "espérer" que la nouvelle représentante américaine pour le Commerce, Susan Schwab, "pourra, d'ici quelques semaines, revenir dans ces pourparlers avec de nouvelles marges de manoeuvres". Selon la ministre française, Mme Schwab a eu jusqu'à présent "besoin de se forger un +pedigree+ de négociateur ferme".

Mais Mme Lagarde considère que "si tout n'est pas bouclé sur les dossiers agricoles et industriels d'ici à la fin juillet, ce sera très difficile" de conclure le cycle de négociations commerciales internationales lancé à Doha, capitale du Qatar, en 2001.

Elle réaffirme être "préoccupée sur le fond des propositions (de l'UE, ndlr) et pas satisfaite sur la forme". "La tactique du commissaire (européen Peter Mandelson, ndlr) est toujours la même: avancer en terrain découvert, en étant seul sur le terrain. Cela ne rapporte rien à l'Europe", ajoute-t-elle.

Incapable de rapprocher ses 149 Etats membres autour d'un nouvel ordre commercial mondial, l'OMC s'est vue contrainte ce week-end de prolonger les négociations, dans l'espoir que les Etats-Unis assouplissent au plus vite leur position en matière de subventions agricoles. M. Lamy a souhaité "un résultat pour la fin de l'année".

(photo : belga)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés