Palestiniens et Israël mènent pourparlers secrets

Des responsables palestiniens et israéliens ont noué un "canal secret" de négociations en vue d'une relance du processus de paix, ont affirmé dimanche des sources palestiniennes.

(afp) Ce "canal secret" implique côté palestinien Yasser Abed Rabbo, membre du comité exécutif de l'OLP et Salam Fayyad, ancien ministre des Finances et côté israélien la ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni, selon ces sources qui ont requis l'anonymat.

Les trois responsables se sont rencontrés secrètement à deux reprises ces dernières semaines, ont précisé les sources.

Les discussions ont porté sur les questions les plus épineuses liées au statut final des territoires palestiniens occupés, notamment le sort de Jérusalem, des réfugiés et des colonies ainsi que sur l'initiative de paix arabe d'inspiration saoudienne, ont ajouté les sources.

Un proche collaborateur de Mme Livni parlant sous couvert d'anonymat à démenti ces informations. "Il n'y a pas eu de rencontre récemment entre Livni et Yasser Abed Rabbo, certainement pas concernant les questions du statut final. Leur dernière rencontre remonte à plusieurs mois", a-t-il affirmé.

Le président palestinien Mahmoud Abbas a préconisé à plusieurs reprises l'ouverture d'un "canal parallèle" de négociations entre Palestiniens et Israéliens à l'instar des discussions secrètes qui avaient conduit aux accords d'Oslo sur l'autonomie palestinienne en 1993. Adoptée par la Ligue arabe lors de son sommet à Beyrouth en 2002, l'initiative de paix arabe prévoit la normalisation des relations des pays arabes avec Israël, en échange d'un retrait israélien total des territoires arabes occupés depuis 1967 et l'établissement d'un Etat palestinien. Le Premier ministre israélien Ehud Olmert a affirmé dimanche avant sa rencontre à Jérusalem avec M. Abbas, être disposé à "prendre très au sérieux" cette initiative.

Il a exprimé le souhait que, lors du prochain sommet arabe à Ryad fin mars, les participants "mettront l'accent sur les aspects positifs de l'initiative saoudienne, ce qui permettra de renforcer les chances d'une négociation avec les Palestiniens sur cette base".

Mme Livni avait pour sa part affirmé dans une interview à un journal palestinien le 1er mars que son pays ne pouvait accepter l'initiative de paix arabe "dans sa forme actuelle".

Fin décembre, elle avait affirmé avoir mis au point une initiative de paix visant à apporter une "solution" aux questions qui ont fait échouer les précédentes négociations avec les Palestiniens, notamment celle des réfugiés.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés