Pour la première fois, l'industrie du diamant publie ses chiffres

Selon ces chiffres, quelque 11,5 milliards de dollars de diamants bruts ont été produits en 2005 dans le monde.

(afp) Soucieuse d'une plus grande transparence et encouragée dans cette direction par la Commission européenne, l'industrie du diamant a publié lundi, pour la première fois de son histoire, des chiffres sur les exportations et les importations de diamants dans le monde, a-t-on appris lundi.

Premier producteur avec 25% du marché en valeur, le Botswana était suivi en 2005 de la Russie (22%), du Canada (12%), de l'Afrique du Sud (11%) et de l'Angola (9%).

En termes de volume, c'est la Russie qui arrive en tête, avec 22%, juste devant l'Australie et la République démocratique du Congo avec chacune 19% de la production de diamants bruts, devant le Botswana (18%) et l'Afrique du Sud (9%).

C'est l'Union européenne qui a le plus importé de diamants bruts en 2005 (39% des importations en valeur), une grande partie de ces pierres étant taillées à Anvers.

Une grande partie a été importée par l'Inde (24%) et Israël (16%), également connus pour leurs tailleurs de diamants.

Les chiffres publiés lundi ne concernent que les années 2004 et 2005. Ceux de 2006 seront publiés "plus tard dans l'année", précise la Commission européenne, qui préside cette année le Processus de Kimberley.

Initié par les Nations unies, le Processus de Kimberley réunit depuis six ans gouvernements et industriels internationaux du diamant. Leur objectif est d'éviter l'utilisation des pierres par des mouvements rebelles pour le financement de leurs activités militaires.

Dans les années 1990, ce trafic a permis de financer en Afrique des guerres civiles dévastratrices, comme en Sierra Leone et au Liberia.

Le Processus de Kimberley rassemble aujourd'hui 44 Etats, ainsi que les 27 Etats membres de l'Union européenne, représentés par la Commission.

Photo EPA

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect