Pyongyang appelée à revenir à la table de négociations

Les Etats-Unis et le Japon ont exhorté lundi la Corée du Nord à revenir à la table des négociations sur son programme nucléaire, tout en réaffirmant leur volonté d'obtenir de l'ONU des sanctions contre le régime de Pyongyang.

Défilé de l'armée du Corée du Nord en 2005 - Photo: Belga

(afp) - A Tokyo, le principal négociateur américain sur le dossier nucléaire nord-coréen, Christopher Hill, a souligné que la Corée du Nord était condamnée à l'isolement si elle refusait de reprendre les pourparlers multipartites.

M. Hill s'est entretenu avec les dirigeants nippons impliqués dans le dossier nord-coréen alors que le Japon a pris une position en pointe contre la Corée du Nord qui lui fait face.

Tokyo et Washington militent en faveur d'une résolution onusienne qui impose des sanctions économiques au régime communiste de Pyongyang après la salve de missiles nord-coréens du 4 juillet.

Affichant une certaine souplesse, le Premier ministre japonais Junichiro Koizumi a toutefois affirmé que Tokyo n'insisterait pas pour obtenir un vote du Conseil de sécurité dès lundi.

"En ce moment, le dirigeant chinois Wu Dawei se trouve en Corée du Nord pour essayer de convaincre Pyongyang, donc je ne pense pas que nous devions insister pour obtenir un vote ce 10 juillet", a expliqué M. Koizumi.

La Chine a dépêché lundi une délégation de haut rang à Pyongyang, conduite par le vice-ministre des Affaires étrangères Wu Dawei, qui préside les pourparlers à six (Chine, Etats-Unis, les deux Corées, Japon et Russe) sur le nucléaire nord-coréen.

Le ministre chinois des Affaires étrangères Li Zhaoxing a estimé lundi que toute action contre la Corée du Nord devait être guidée par la sauvegarde de la paix et de la stabilité régionales.

"Chaque pays discute avec les autres. Toutefois, le Japon cherche toujours à obtenir l'adoption d'une résolution (condamnant la Corée du Nord) le plus tôt possible", a souligné M. Koizumi.

Le Conseil de sécurité des Nations unies doit décider lundi de la date du vote du projet de résolution prévoyant des sanctions contre Pyongyang.

Mais face aux réticences de la Chine et de la Russie, hostiles aux sanctions, Washington souligne aussi l'importance du dialogue avec Pyongyang.

"Nous sommes engagés dans un processus, nous avons un accord de principe: l'accord de Pékin obtenu en septembre dernier", a rappelé M. Hill à l'issue d'un entretien avec le ministre japonais des Affaires étrangères, Taro Aso.

En septembre 2005, la Corée du Nord a accepté le principe de mettre un terme à son programme nucléaire en échange d'une aide économique et de garanties sur sa sécurité.

Mais le régime communiste a imposé comme nouvelle exigence la levée des sanctions financières américaines imposées à des entités et entreprises nord-coréennes accusées de blanchiment d'argent et de contrefaçon de devises.

"Ce que les Nord-coréens doivent faire est de participer à la prochaine série de pourparlers à six, et commencer à appliquer cet accord", a réclamé le négociateur américain.

"Nous devons régler les problèmes des missiles et du nucléaire dans le cadre des pourparlers à six", a renchéri le numéro deux du gouvernement japonais, Shinzo Abe.

Les pourparlers à six, lancés en 2003 sous la présidence de Pékin, visent à obtenir de Pyongyang l'abandon définitif de son programme nucléaire. Ils sont au point mort depuis novembre 2005.

"La Corée du Nord a le choix de continuer à s'isoler ou de réintégrer la communauté internationale. J'espère qu'elle fera le bon choix", a déclaré M. Hill.

Après Pékin et Séoul, Tokyo était la troisième étape d'une tournée de M. Hill visant à trouver une réponse internationale commune à la crise des missiles.

Dimanche, M. Hill avait réfuté toute idée de divisions au sein de la communauté internationale sur la réponse à apporter à la crise des missiles.

"L'important, c'est que tous les pays affichent leur résolution à leur manière. Je ne vois pas de division. Au contraire, je vois un message très clair" à l'adresse de la Corée du Nord, a expliqué le diplomate américain.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés