Quatre chefs du Hezbollah tués à Tyr

Les commandos de la marine israélienne ont tué samedi quatre chefs militaires du Hezbollah responsables d'un tir de roquette au nord de Tel-Aviv, dans une opération particulièrement "audacieuse", a annoncé le commandement israélien.

Cinq autres combattants du Hezbollah ont été tués dans les combats menés par le commando lors de sa retraite. Les forces israéliennes ont eu sept blessés en tout, dont deux graves, selon cette source.

En revanche, un responsable du Hezbollah au Liban sud a affirmé à l'AFP qu'il s'agissait d'un guet-apens tendu par ses services de renseignements qui ont intoxiqué l'armée israélienne en lui faisant croire qu'il y avait des responsables du Hezbollah dans cet immeuble.

"Les commandos de la marine sont intervenus sur (la base de) renseignements très précis sur un appartement du deuxième étage d'un immeuble de quatre étages situé dans le nord de la ville de Tyr", a indiqué à la presse le contre-amiral Noam Feig, un haut responsable israélien de la marine.

"Ils ont localisé dans l'un des appartements quatre chefs du Hezbollah qu'ils ont attaqués à la grenade", a-t-il dit.

Selon lui, "les quatre hommes étaient notamment responsables d'un tir de missile contre Hadera", localité à 40 km au nord de Tel-Aviv, la plus proche de la métropole israélienne jamais atteinte par un tir depuis le Liban, a-t-il ajouté.

Présentant un film réalisé par des appareils de l'armée de l'air et des membres du commando, il a indiqué que des échanges de tirs à l'arme automatique "à bout portant" avaient eu lieu dans l'appartement, faisant deux blessés graves dans les rangs israéliens.

Les commandos ont réussi à battre en retraite en emmenant ces deux blessés, dont l'un a dû être traité sur place. Cinq autres soldats ont été légèrement atteints en cours de route.

Noam Feig a ajouté que les commandos de la marine, l'une des plus prestigieuses unités d'élite de l'armée israélienne, avaient ensuite réussi à regagner leurs bases en Israël par hélicoptère, sous couverture aérienne, après avoir opéré durant près de deux heures.

"Nous avons lancé ce raid risqué et audacieux pour épargner des vies d'innocents et prouver que nous sommes capables d'atteindre les terroristes partout où ils se trouvent", a expliqué un autre officier.

Pour sa part, le responsable du Hezbollah a expliqué que les commandos israéliens ont été héliportés dans le secteur vendredi à l'aube et pris position sur des collines, à deux km à l'est de l'immeuble attaqué.

Ils se sont rendus à pieds dans la nuit de vendredi à samedi dans le verger où se trouve l'immeuble et ont été attaqués de toutes parts, et deux hélicoptères israéliens, dépêchés à la rescousse, se sont posés dans les parages pour les retirer, a-t-il ajouté.

Le Hezbollah a démenti avoir eu sept combattants tués, sans donner de bilan de ses pertes.

Un grand nombre d'hélicoptères a survolé Tyr avant l'aube et ratissé à la mitrailleuse lourde toutes les routes y menant, ainsi que son rivage, a indiqué la police libanaise.

Un militaire libanais a été tué durant l'opération lorsqu'une batterie anti-aérienne a été détruite par un missile israélien. Le Hezbollah de son côté a assuré avoir fait échouer ce raid, tuant un assaillant et en blessant trois autres.

Interrogé à la radio, le général Udi Adam, commandant de la région militaire nord d'Israël, a déclaré: "Nous avons l'initiative, il y a eu et il y aura d'autres opérations du même genre".

Une force de 200 militaires appartenant aux commandos d'élite de l'armée israélienne avait participé pendant plus de quatre heures à un raid spectaculaire dans la nuit du 1er août à Baalbeck (est du Liban), à 130 km des lignes israéliennes, lors duquel au moins 11 hommes armés du Hezbollah avaient été tués et cinq autres capturés.

Selon la radio militaire israélienne, le raid à Tyr est la dix-septième opération spéciale menée au Liban par les commandos israéliens, depuis le début de l'offensive israélienne, le 12 juillet.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés