Raids aériens ponctuels et combats entre soldats israéliens et Hezbollah

Israël a mené des raids ponctuels mardi, notamment au Liban sud, en dépit d'une suspension déclarée des bombardements de cette région, et a effectué quatre incursions simultanées au Liban sud.

(afp) Selon la chaîne de télévision satellitaire Al-Arabiya, trois soldats israéliens ont été tués lors d'affrontements acharnés entre fantassins israéliens et combattants du Hezbollah libanais dans le sud du Liban.

Plus tôt, l'aviation israélienne a bombardé plusieurs localités du Liban sud et certaines plus au nord-est, vers la Békaa, selon la police.

Et avant l'aube, la chasse israélienne a également mené une série de raids dans l'est et le nord-est du Liban, limitrophes de la Syrie.

Les routes reliant les localités de Hermel et de Qaa à la ville syrienne de Homs ont été coupées à une quinzaine de km de la frontière. Celle menant au poste-frontière de Masnaa, sur la route internationale Beyrouth-Damas, a été bombardée pour la sixième fois consécutive.

Ce dernier raid est intervenu après que les profonds cratères creusés par les bombes israéliennes ont été partiellement comblés par des entrepreneurs afin de permettre le passage des véhicules, a indiqué à l'AFP un officier des douanes.

Mardi matin, des dizaines de familles, bagages sous les bras et enfants accrochés aux jupes de leurs mères, traversaient à pied les 600 m menant à ce poste pour se rendre en Syrie, a constaté un photographe de l'AFP.

Certains, épuisés, baluchons sur la tête, se rendaient en Syrie pour y trouver un abri, d'autres, munis de bagages luxueux, entendaient se rendre à l'étranger depuis l'aéroport de Damas.

Des adolescents de la région se faisaient de l'argent en les aidant avec des caisses transformées en caddies de fortune.

Israël a justifié les raids sur les routes vers la Syrie par sa volonté d'empêcher des renforts en armes au Hezbollah qu'il veut éloigner de sa frontière nord afin d'empêcher les tirs de roquettes sur son territoire.

En outre, l'armée israélienne a mené quatre incursions simultanées dans les secteurs de Houla et de Mais al-Jabal (secteur central de la frontière), dans le triangle de Taïbé, Aadaissé et Kfar Kila, et près du village de Aïta al-Chaab, plus à l'ouest.

Des combats extrêmement violents avaient lieu pour la troisième journée consécutive dans le secteur de Taïbé, Aadaissé et Kfar Kila, trois localités libanaises frontalières de la région dite Doigt de la Galilée, a indiqué la police.

Selon la chaîne de télévision satellitaire Al-Arabiya, les trois soldats israéliens ont été tués à proximité du village de Aïta al-Chaab, près de la frontière.

De son côté, la Résistance islamique, branche armée du Hezbollah, a affirmé dans un communiqué avoir "blessé ou tué" 15 militaires israéliens, tombés dans une embuscade lors d'une nouvelle offensive contre Aïta al-Chaab.

Des sources militaires israéliennes avaient affirmé plus tôt qu'au moins un soldat avait été blessé.

L'armée israélienne, qui a mené une incursion dimanche dans ce secteur, a réussi à avancer d'un kilomètre, a-t-on précisé.

Mardi matin, l'infanterie israélienne, soutenue par des tanks, a mené une nouvelle incursion dans ce secteur, près du village de Mais Al-Jabal, et faisait face à une violente résistance de la guérilla du Hezbollah, selon des témoins.

L'armée israélienne a reçu le feu vert du cabinet de sécurité pour élargir son offensive terrestre au Liban sud jusqu'au fleuve Litani qui coule à une distance de 5 à 30 km de la frontière avec Israël, selon la radio militaire israélienne.

Réuni lundi soir, le cabinet israélien a donné officiellement son feu vert pour étendre l'opération terrestre au Liban, sans préciser jusqu'où.

Deux soldats israéliens avaient été capturés le 12 juillet par le Hezbollah à la hauteur de ce village, déclenchant l'offensive israélienne au Liban.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés