Rencontre loin des caméras entre Benjamin Netanyahu et Barack Obama

Netanyahu, au sortir de sa réunion avec Obama à la Maison Blanche.

Le Premier ministre israélien et le président américain se seraient rencontrés dans une "bonne" atmosphère. Leurs conseillers doivent poursuivre aujourd'hui leurs entretiens afin de tenter de débloquer les discussions de paix, gelées depuis l'annonce de la construction de nouveaux logements pour colons israéliens à Jérusalem Est. Pour l'heure, aucune avancée n'a été pointée.

(Reuters) - Barack Obama a reçu mardi Benjamin Netanyahu à la Maison blanche dans l'espoir, très mesuré de part et d'autre, de relancer les relations entre Israël et les Etats-Unis et de sortir de l'impasse diplomatique au Proche-Orient.

Contrairement à l'habitude, l'entretien entre le président américain et le Premier ministre israélien s'est déroulé dans la discrétion la plus totale. Photographes et caméras n'ont pas été autorisés à pénétrer dans le bureau ovale et aucun des deux hommes ne s'est exprimé à l'issue de leurs discussions, qui ont duré une heure et demie.

"Le président Obama et le Premier ministre se sont rencontrés en privé pendant une heure et demie. L'atmosphère était bonne", a assuré le porte-parole de Netanyahu dans un communiqué diffusé plusieurs heures après l'entretien. Leurs conseillers "ont poursuivi la discussion sur la base des idées évoquées lors de la rencontre" et la reprendront mercredi, ajoute-t-il sans plus de précisions.

Avant sa rencontre avec Obama, Netanyahu avait donné le ton en jugeant que l'insistance des Palestiniens à obtenir un gel de la colonisation juive était de nature à retarder le processus de paix. "Nous ne devons pas être piégés par des exigences illogiques et déraisonnables", a-t-il dit aux dirigeants démocrates et républicains du Congrès. Prendre en compte les exigences palestiniennes "pourrait suspendre les négociations de paix pour un an encore", leur a affirmé le chef du Likoud.

A Ramallah, en Cisjordanie, un conseiller du président palestinien Mahmoud Abbas a déclaré que c'était l'absence de gel de la colonisation qui risquait de faire échouer les efforts de paix. "C'est la politique de Netanyahu qui empêche la reprise des négociations", a déclaré Nabil Abou Rdainah. La rencontre Obama-Netanyahu, centrée sur ce sujet, "doit déboucher sur un engagement israélien et des garanties américaines quant à un gel de la colonisation", a-t-il dit, "sinon les efforts américains resteront aléatoires."

L'annonce il y a deux semaines d'un projet de construction de 1.600 nouveaux logements pour des colons juifs à Jérusalem-Est a amené les Palestiniens à suspendre leur accord pour des pourparlers indirects sous l'égide de l'émissaire d'Obama au Proche-Orient, George Mitchell. Elle a également suscité une crise sans précédent depuis 25 ans dans les relations israélo-américaines, la secrétaire d'Etat Hillary Clinton l'ayant jugé insultante pour les efforts de paix américains. Pour ne rien arranger, la presse israélienne a indiqué mardi que la municipalité de Jérusalem avait donné son accord définitif à la mise en chantier d'un autre projet immobilier controversé dévoilé en juillet.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés