Publicité

Six ans après les attentats du 11-Septembre, Al-Qaïda se renforce

Six ans après le début de la "guerre mondiale contre le terrorisme" décrétée par les Etats-Unis au lendemain des attentats du 11-Septembre, Al-Qaïda est plus forte que jamais, selon un rapport des renseignements américains intitulé "Al-Qaïda en meilleure position pour frapper l'Occident".

(afp) Ces évaluations, dont les grandes lignes ont été publiées jeudi par le Washington Post, remettent en question l'ambitieuse campagne du président George W. Bush de guerre mondiale contre le terrorismeSi les experts estiment qu'Oussama ben Laden, est retranché dans la zone tribale contrôlée par les talibans le long de la frontière entre l'Afghanistan et le Pakistan, Al-Qaïda, dont il est le numéro Un, a créé des filiales fonctionnant de manière quasi-autonome à travers le monde.

"Pendant près de six ans, nous avons empêché Al-Qaïda de lancer des opérations majeures mais nous sommes aujourd'hui confrontés à de nombreuses petites Al-Qaïda, une radicalisation persistante et des insurrections en Irak et en Afghanistan qui épuisent nos forces amrées", a déclaré à l'AFP l'expert en terrorisme Brian Michael Jenkins.Jeudi, George W. Bush a réagi par la défensive à la couverture médiatique du rapport des renseignements américains dans lequel il est écrit qu'Al-Qaïda est aussi puissante aujourd'hui qu'avant le 11-Septembre."Ce n'est pas le cas", a déclaré le président américain lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche, assurant que grâce à l'intervention américaine "Al-Qaïda est plus faible aujourd'hui qu'elle n'aurait pu l'être".La secrétaire d'Etat Condoleezza Rice a admis jeudi soir sur Fox News que "pendant un moment" Al-Qaïda s'était renforcée dans les zones tribales à la frontière de l'Afghanistan et du Pakistan et que les Etats-Unis s'étaient montrés "inquiets" de cette résurgence. "Mais, a-t-elle aussitôt ajouté, je ne pense pas que quiconque peut prétendre que Al-Qaïda est une organisation aussi efficace qu'elle ne l'était avant le 11-Septembre".Les démocrates ont pour leur part profité de la divulgation du rapport pour tirer à boulets rouges sur la stratégie de l'administration Bush dans la guerre contre le terrorisme."Alors qu'on laisse Oussama ben Laden opérer librement le long de la frontière Afghano-pakistanaise, le président veut concentrer nos troupes dans une guerre civile en Irak", a déclaré à la presse Harry Reid, le chef de la majorité démocrate au Sénat.

Le président Bush est accusé d'avoir détourné les ressources américaines pour la lutte contre le terrorisme, en décidant d'envahir l'Irak en mars 2003, radicalisant au passage bon nombre de musulmans en Europe et au Moyen-Orient.

Des groupes terroristes en Algérie, en Somalie ou encore aux Philippines se sont rebaptisées "filiales d'Al-Qaïda", tirant profit de ce que John Kringen, le directeur des renseignements à la CIA, appelle "la marque de fabrique" du terrorisme mondial."Il y a peu de doutes que notre engagement en Irak a provoqué un afflux d'extrémistes sunnites dans le pays ainsi qu'une cause de ralliement internationale pour les terroristes islamistes", a ajouté M. Kringen.

Selon le rapport des renseignements, l'organisation d'Oussama ben Laden a trouvé refuge dans les zones tribales au nord-ouest du Pakistan où elle procèderait à l'entraînement militaire et la planification de nouvelles attaques".Le Secrétaire à la sécurité intérieure Michael Chertoff, qui avait déclaré mardi "avoir un pressentiment" que les Etats-Unis seraient bientôt la cible de nouvelles attaque, s'est déclaré "inquiet de l'activité croissante d'Al-Qaïda à l'échelle internationale".

Photo Belga

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés