Slovaquie: la coalition gauche/extrême droite obtient la confiance

Le nouveau gouvernement slovaque du Premier ministre de gauche Robert Fico, allié à l'extrême droite et aux nationalistes, a obtenu vendredi la confiance du parlement monocaméral.

(afp) Sur 135 députés présents (sur 150), 80 appartenant aux trois partis de la coalition gouvernementale (le parti Smer de Robert Fico, l'extrême droite du SNS antihongroise et antitzigane et les nationalistes du HZDS) ont exprimé leur confiance au gouvernement de Robert Fico. L'opposition, dirigée par l'ancien Premier ministre de droite réformatrice Mikulas Dzurinda, n'a, en revanche, pas soutenu le programme du gouvernement pour les quatre prochaines années. Ce programme repose sur l'idée d'un Etat plus social et manifeste dans le même temps la volonté de respecter les critères permettant d'adopter l'euro le 1er janvier 2009. "La Slovaquie quitte la voie des réformes", a lancé Mikulas Dzurinda à l'adresse du chef du gouvernement, le taxant en outre de "populisme". Selon l'ancien ministre des Finances, Ivan Miklos, la mise en eouvre de ce programme se traduira par un déficit budgétaire de 1,3 à 2,6 milliards d'euros et rendra ainsi très difficile, même impossible, le passage à l'euro en 2009. "Nous voulons remplir toutes les obligations qui résultent de l'adoption de l'euro en 2009", a répété, de son côté, Robert Fico, devant les députés. L'introduction d'une taxe visant les revenus supérieurs à 1.300 euros par mois et d'un taux de TVA moins élevé pour des médicaments font partie des priorités du gouvernement. Actuellement, la Slovaquie n'a qu'un unique taux de 19% pour l'impôt sur les personnes physiques et sur les sociétés ainsi que pour la TVA. La coalition s'engage par ailleurs à arrêter toute vente de sociétés stratégiques dont l'Etat détient des parts : les entreprises de production et de distribution d'électricité et de gaz, la société de fret ferroviaire ainsi que les Forêts d'Etat. Le retrait d'Irak d'une unité du génie slovaque (100 soldats) chargée d'opérations de déminage est aussi prévu. En outre, le gouvernement garantit le respect des droits des minorités vivant en Slovaquie. Le pays abrite deux importantes minorités (hongroise et tzigane), fortes chacune de quelque 500.000 membres (sur une population de 5,4 millions d'habitants).

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés