Sommet G8: Lula demandera aux pays riches de cesser de "polluer la planète"

Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a annoncé lundi qu'il se rendrait au sommet du G8 en Allemagne pour demander aux pays riches de réduire "leurs émissions de gaz à effet de serre", les efforts pour préserver l'environnement ne devant pas être exigés seulement des pays pauvres.

(afp - L'environnement "sera l'un des thèmes dont nous allons discuter au G8, j'ai déjà été invité en Allemagne, en juillet", a dit Lula dans son émission de radio hebdomadaire "Café avec le président".

"Les pays pauvres ne peuvent accepter la thèse des pays riches selon laquelle ces derniers se contentent de créer un fonds pour aider les pays qui cessent la déforestation, cela veut dire que nous ne déboisons pas et qu'eux continuent à polluer la planète", a déclaré le chef de l'Etat brésilien.

La convention de l'ONU sur les changements climatiques a discuté en novembre dernier à Nairobi des mesures pour aider les pays en développement à faire face aux changements climatiques et a créé un "Fonds d'Adaptation" dans ce sens. Mais le Brésil ne se contente pas de ces intitiatives.

"Ce que nous voulons, outre préserver nos forêts (..) c'est pouvoir exploiter la forêt de la façon la plus civilisée possible, mais aussi réclamer haut et fort que les pays riches réduisent leurs émissions de CO2", a poursuivi Lula.

"Le Brésil a l'autorité morale et politique d'exiger que les pays riches, au lieu de produire des protocoles qu'ils ne signent même pas par la suite, respectent leur obligation de dépolluer la planète. Nous, nous ferons notre part. Mais eux doivent faire la leur", a souligné Lula.

L'environnement fera aussi partie des discussions que Lula aura avec son homologue américain George W. Bush le 9 mars prochain à Sao Paulo.

Les Etats-Unis et le Brésil, leaders mondiaux dans la fabrication d'éthanol, cherchent à coopérer dans le développement de ce combustible pour remplacer l'essence.

Au Brésil, l'éthanol fabriqué à base de cannes à sucre est mélangé à l'essence alors que 80% des voitures qui se vendent fonctionnent aussi bien à l'essence qu'à l'alcool.

Le Brésil est aussi pionnier dans le développement du biodiesel, à base de plantes oléagineuses.

"Nous montrons de nouveau au monde qu'il est possible d'avoir un combustible renouvelable, moins polluant, beaucoup moins cher, beaucoup plus rentable et créateur d'emplois car le biodiesel provient de l'agriculture familiale", a fait valoir Lula.

Photo Belga

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés