Sucre: l'UE réduit de 12% les quotas de production pour 2007-08

L'UE a décidé jeudi soir de diminuer sa production de sucre de 12% pour la saison 2007-08, soit au moins 2 millions de tonnes, pour contrer les risques de surproduction, a-t-on appris vendredi auprès de la Commission européenne.

(afp) C'est le Comité de gestion sucre, regroupant des experts de la Commission et des Etats membres, qui a pris cette décision. Elle devrait être avalisée officiellement par la Commission "dans les prochaines semaines", selon une source communautaire.

Cette décision intervient après que la Commission a constaté que son plan de restructuration du secteur sucrier fonctionnait moins bien que prévu, les agriculteurs ne diminuant pas suffisamment leur production, en dépit des compensations financières offertes par l'UE.

L'UE a engagé le 1er juillet 2006 une réforme de son secteur sucrier pour mettre fin aux excédents structurels, en diminuant la production d'environ 6 millions de tonnes sur une période de quatre ans. L'UE offre d'importantes primes (jusqu'à 730 euros par tonne de sucre retirée) aux producteurs qui cessent leurs activités.

La réduction des quotas décidée jeudi sera toutefois différenciée en fonction des efforts de restructuration déjà entrepris dans certains Etats membres.

Ainsi l'Italie, la Grèce et le Portugal, qui s'étaient déjà engagés à réduire leur production d'au moins 50% en 2007-08, ne se verront pas imposer de réduction supplémentaire.

En revanche, les deux plus gros Etats producteurs de sucre de l'UE, l'Allemagne et la France, subiront une réduction autoritaire de 13,5% de leurs quotas, car ils n'ont pas diminué d'eux-mêmes leur production (elle est d'environ 3,65 millions de tonnes chacun).

C'est également le cas pour la Pologne et le Royaume-Uni (produisant respectivement 1,8 et 1,2 million de tonnes), ainsi que pour les Pays-Bas et la Belgique (plus de 860.000 tonnes chacun).

L'Espagne (environ 890.000 tonnes) verra son quota réduit de 10,5%, car elle s'était déjà engagée à diminuer son quota de 11%. De même, la République tchèque (370.000 tonnes) ne subira que 7,3% de réduction, grâce à un engagement volontaire de -23%.

La Commission a annoncé qu'elle ferait un nouveau bilan en octobre. Elle pourrait aussi proposer d'améliorer les conditions du Fonds de restructuration afin de le rendre "plus attractif" pour les producteurs. En clair, "on pourrait peut-être donner un peu plus d'argent", a expliqué une source communautaire. Ces nouvelles mesures devraient être annoncées fin avril.

vincent.georis@belga.be

Photo Belga

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés